Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 08 juillet 2012

Ce blog n'est pas pour les ADOS.

Ce blog n'est pas

pour les ADOS.

 

crane08.gif

 

C'est un blog d'adulte

avec des propos d'adulte.

Pour les commentaires mettez au pire l'adresse de votre blog ou d'un site de contenu mais pas de liens vers des sites publicitaires, sinon ils seront retirés.

Si tu veux me contacter vias MSN c'est gaulois_och@yahoo.fr


Distinctions sexuelles
L'art de se faire des dreads
Le pénis est-il de droite ou de gauche ?
Scandale : Lutter contre le VIH par la circoncision
L'amour complice
Cycliste nu à Lausanne

Trach
Trop bien la fête de la musique
Naturistes naturels
Techno para-merde 2009
La très coincée Mairie Cannoise, juillet 2009
La mairie de Cannes pose la question du pénis

Orelsan, sa meuf est une pute, et alors ?
Fin de Gay Pride POURRIT
Yoann Gourcuff tout nu
Michael Jackson, rien qu'un pédé black qui chantait
Trop bien la fête de la musique
Naturistes naturels
Rugbyman à poil, à pile et à face
Quelle place ont les glaires dans l'amour ?
Site anti-masculin, sexyste, pour les femmes

skin et dread des opposés que les gay rassemblent
Rasage de chiot
New-York et San-Francisco, des terres en afrique
Être homme comme un problème
Les Dreads ? trop sexy...
L'identité sexuelle en massage ?
La petite bourgeoisie des non votants
Art sodomite
Mon idée de la vie en couple
Gay Pride, fière d'être puberts ?
Sabots et verbes de souillon
L'épuisant sexe
Blog de merde parlant de cul
infra-homosexualité
Des doigts en or mais une âme pleine de merde
La loi
Baiser le cul d'un Turc
Our Body se Glane
Dreadlocks sur la bite
Des dreadlocks sur le sexe
Des aisselles pour l'amour ?
Le massage est interdit en France 
Un lutteur pour la France
Toréer un toréadore
Cyclisme, du nectar pour pédé
Un internet suffisant
Sorts ton couvert
Ma drogue, c'est le cul des mecs
J'ai le sang pourrite
L’inflation s'envole en France
Blog sans sexe...
Des Ferraris du cul
Miroir suis-je le plus moche ?
Un sénateur républicain...
Pas d'homos à Pâques
Quaternité jungienne
Un couple dans le massage
Pédé = gros-mot, trop cool !
Parole et écoute en massage
Des fois j'aime pas le sexe
Est-ce que le choix est une liberté ?
A quand le mariage pour les Pédés ?
A Mahmoud et Ayaz...

Mahmoud Ahmadinejad
Joies du net...

 .

12:17 Écrit par le_pd_politique dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Réquisitoire contre le Centre dentaire St-Lazard à Paris

Où, la mésaventure du low-cost

267327_256778987681885_254869681206149_1071083_5697968_n.jpg

Vous connaissez peut-être cette mode du low-cost dentaire qui débarque sur Paris comme http://www.centre-medical-stlazare.com/dentaire/blanchime... ?

A la base, si ça peut permettre d'échapper à la mafia Dentiste/prothésiste, pourquoi pas.

Je viens de me caser une dent juste sous un Inlay que m'a dentiste venait de me poser à prix d'or quelques mois au-paravent. En fait, une partie de la face intérieure de ma mollaire sur laquelle était posé mon Inlay s'est cassée tout du long et je peux en suivre la fente jusqu'à ce qu'elle disparaisse dans ma gencive. Je ne peux plus mâcher comme je le veux, le morceau bouge, il me faut un dentiste.

Le problème, c'est qu'il est problable qu'il va falloir enlever mon implant tout neuf dont le prix exorbitant va venir, de fait, s'ajouter à une couronne encore plus chère, faisant de ma dent, l'organe le plus coûteux de mon corps... Pour éviter que le fric revienne à ma dentiste-rentière je décide de me mettre en chasse de dentistes low-cost. Je commence par tomber sur http://www.implants-dentaires-reseau.com/, pas de téléphone, c'est eux qui te contactent, autant dire qu'ils ne l'on jamais fais. Donc pas sérieux.

310463_151606731589842_141382945945554_301848_101250_n.jpg

Et puis je tombe sur Le Centre St-Lazard, site professionnel, locaux reposant, j'étais vraiment séduit. Je vous passe les détails, je m'y rend ce dimache et là, je suis reçu par une nénette assez agressive, qui me fait allonger peut-être une minute, retourne à son pc et me sort un devis en m'expliquant qu'elle ne peut rien faire, que nous sommes dimanche et que le dimanche, ce n'est que pour les urgences... Seulement, je ne suis pas venu à pieds d'afrique Central dans le premier dispensaire rencontré, j'ai téléphoné et jamais l'on m'a dit que le dimanche c'est pour les mourants de la bouche.
Je tente d'ailleurs de savoir ce que c'est qu'une urgence, une dent qui pète, s'enfonce dans ma gencive, bouge et m'empêche de manger correctement au point de nécessiter que je contrôle l'angle de mastication pour chaque bouchée me semblait, sinon vital, en tout cas justifier que je me déplace un dimanche pour avoir un soin, alors que je n'ai même pas encore de médecin traitant.

387966_10150406836608458_55094898457_8422808_2120774090_n.jpg

A cette petite femme de m'expliquer qu'à la radio il n'y a aucune fissure et qu'en fait, ce n'est qu'un bout d'implant qui est parti... Je lui explique que je ne suis pas d'accord avec son diagnostique, que jamais je ne me serais déplacé pour un morceau d'implant manquant. Elle me répond visiblement très agacée "Qui est le professionnel ici, c'est vous ou c'est moi ?"
Ainsi, le statut professionnel suffit à se substituer à un ressenti ? Il ne s'agit pas de comparer nos bites ou nos diplômes mais à aucun moment elle ne m'a demandé si j'avais mal et invente ce qui l'arrange. Elle me sort mon devis et me propose un rdv dans... 19 jours. lol. Sans oublier de préciser que si je n'en veut pas ce n'est pas un problème. Et hop, le petit chantage du dominant, pourtant rétribué, au pauvre qui déjà qu'il n'a pas de sous, ne va pas en plus contester.
Mais je n'ai jamais dis que je n'avais pas de sous, j'ai dis que je ne voulais pas être un mouton qui paye ce que l'escroquerie des dentistes nous imposent. NON au consumérisme.

430472_367457096597964_31034154_n.jpg

J'ai du rester 10 minites à tout cassé et ils m'ont "VOLE" 22€ qui se sont avérés être, 22€ pour une radio et une prise de rdv... Je vais tenter d'annuler mon rdv du 26 juillet pour voir si je peux avoir un autre avis et surtout, une autre opératrices moins... dangereuse.

Paris, le dimanche 8 juillet 2012

12:07 Écrit par le_pd_politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 17 février 2012

L'HOMOSEXUALITE, UNE TURQUIE FRANCAISE

30161_458791669324_165474564324_6040884_5599136_n.jpg

L'homosexualité en France aurait ainsi le même statut que la Turquie dans l'Europe, Membre associé à la République.
De moi, déjà sous-Citoyen Français, Auvergnat, me voilà nanti d'un "Droit à l'Union" par association. Bien sur mon sang, mes organes restent nauséabonds, je n'ai pas le droit d'en faire don parce que je suis pédé, ma sexualité est forcément conforme en dépravation à l'image que l'on se fait des homos. "Tu es contaminé, si ce n'est toi, c'ets donc ton ton frère..."
Alors là on aurait un agréga de droits, entre-nous, calfeutré dans une sorte d'isolant social, nous pourrions envisager qu'une "niche", BOUTIN-COMPATIBLE, pourrait "concentir" aux INVERTIS, à ces hommes et ces femmes aux m...oeurses débiles, des avantages approchants ceux des normaux, une sorte de Simulacre de mariage pour fantasme psychotique. Et c'est Président.
Mais qui a parlé des avantages ? Je ne veux pas d'avantages, je VEUX MES DROITS. Jamais de ma vie, je ne me suis senti aussi conservateur qu'aujourd'hui, nous ne parlons pas de l'indépendance du Marai, mais juste d'intégration.
Je ne suis pas la Turquie, je SUIS LA FRANCE.
Citoyen français je suis une part, une et indivisible de la France. Rendez-moi ce que vous m'avez volé.

385937_135871616519131_108391015933858_154109_2065036164_n.jpg

12:02 Écrit par le_pd_politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 27 juin 2010

L'UMP à la Gay Pride

alfredo_franco_017.jpg
Les pédés, j'aime

Bien ouhai, la Gay Pride c'est ce truc là, vous savez, cette fête homosexuelle ?
Bon, déjà, il vaudrait peut-être mieux de parler de fête homo-festive parce que pleins de petits couples sympa y étaient, hormis les créatures habituelles, pédés, lesbiennes, il y avait aussi plein de 'normaux' genre, un garçon et une fille, je n'ai pas dis hétéro, attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit.
C'est amusant de constater comme l'oeil se contente de ce qu'il voit, alors que la nature d'un couple, s'il n'est pas en mesure de dissimuler le ou les sexes qui le compose ne révèle pas pour autant l'entièreté des possibles sexuels comme par exemple la pernicieuse bisexualité que rien ne laisse voir. Deux hommes ou deux femmes ensembles, formant visiblement un couple sont homo, ça rassure. Ca rassure non ? Et bien non, ils peuvent devenir momentanément hétéro, et pareil pour un couple "mixte, normé" peut s'avérer être bi, donc gars aux jugements par trop hâtifs.

Le plus attendrissant c'est de voir combien les mecs sont proche de leur copine le temps de la Gay Pride, tant ils sont soucieux de donner des gages de l'irréprochabilité de leur hétérosexualité réel ou suposée. Etre assimilé 'à' revient à m'envisagé autrement. Ainsi donc il y a tout le monde, les amis, les petits man de banlieue pas avares de propos homophobes, d'ailleurs plus par réflexe que par conviction et qui viennent s'amuser à la plus grande manif concentrant le plus haut taux de pédé de France, et puis, une bouche c'est bouche lol.

2lms8jp.jpg

Il y a des hommes donc mais aussi toutes leurs organisations... Partis politiques, syndicats, entreprises, mouvements religieux, philosophiques, tous désormais super Homo friendly :
« Les homos ? j'adore, j'ai pas toujours adoré mais maintenant j'adore les homos, j'adore les homos, les homos ? j'adore. » Les Pédés sont devenus une marque de luxe.

Alors je vous ai fais une petite liste de tous ceux qui maintenant nous collent au cul comme des pucerons sur un rosier et qui pourtant nous ont craché à la gueule à d'autres époques.
Commençons par les plus célèbres des homos-beurk traditionnels :

4934_1158214402718_1448508782_30421969_4548780_n.jpg

En tête, le célèbre parti Communiste qui expulsait même ses membres lorsqu'ils était accusés de pratiquer le pêcher silencieux...
Aujourd'hui, il avait une belle délégation de pédés communistes qui revendiquaient leur appartenance de colectivisation des corps...
La CGT, pas des plus homo-sensuelle qui édite à présent affiches et autocollant pro-homo distibués en dansant.
CFDT, tellement ouverte
Le FSU Fédération Syndicale Unitaires
Renault qui ne voulait pas faire de pub dans nos revues gay il y a 15 ans alors qu'il en faisait dans les pays où elle était reconnue, cela s'appelle de l'opportunisme.
La SNCF qui était même venue une année avec un char en forme de TGV rose
France télécom, avec Mobilisnoo
La RATP qui nous avez envoyé un vrai bus plein de contrôleurs, de chauffeurs de bus gay.
La police nationale qui défilait devant leurs collègues d'astreinte réstés sur le trottoir mais ils ne les ont pas arrêté pour racolage passif... arf, c'était la fête.
Le parti socialiste tout en rose comme il se doit, la main sur le coeur qu'on est tous pareil.. Bien non, y a des femmes aussi.
L'UMP qui découvre que même en son sein il y a des homos qui revendiquent quoi ? L'égalité des droits dont celui du mariage... Ça m'étonne toujours d'entendre que dans une démocratie de l'ampleur de la France nous en soyons encore là.
Le MPA du petit facteur était aussi présent avec sa brochette de pédés et d'amis de pédé... C'est d'ailleurs assez étrange d'être l'ami d'une sexualité plutôt que d'un profile d'individus...
Avec tout ce consensus politique on devrait pouvoir obtenir l'indépendance du marais...

bandeau_3_mec.jpg

Venaient ensuite
Les Hôpitaux de Paris, prêt à vous piquer les fesses même si vous n'étiez pas malade
Les Verts décidés à broutter l'herbe partout où il y en a.
Cap21
Parti Libertin
Le Modem

Toutes les grades écoles : pépinière de pédé en culture
Les pédés catholiques : David et Jonathan
Les pédés juifs : Beit Haverim
Les pédés noir
Les pédés magrébin
Les pédés libanais
Les pédés de Martinique

Les "Oublié(e)s" de la Mémoire ( et oui l'étoile rose ça a exiisté)
Amnesty International qui dénonce le sort des homos dans le monde
Ensemble contre la Peine de Mort (ECPM)

La société avance, multiple, nombreuse mais les 63 millions de personnes que nous formrons pour faire la France n'a guère le choix que de se partager entre homosexualité, hétérosexualité et bisexualité. Quand un dé n'a que trois options, il est difficile d'imaginer qu'une sexualité soit distribué de façon aussi marginale que la repésentation sociale qui lui correspond sans que les dés ne soient pipés.

Au faite, à quand le cauchemar commercial des chars représentant les banques, les assurances ; Dassault avec un tank rose, Cofidis et ses 18% TEG compris spécial gay (une affaire) ? BP, Elf Aquitaine distribuant des capotes ?

Bon en attendant nous on veut juste l'égalité des droits prévue dans les textes fondateurs de nos démocraties depuis les origines...

Alain

 

12:00 Écrit par le_pd_politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Gay Pride 2010 cool

Art-of-CLX.gif

Vraiment sympa cette Gay Pride, du monde, peut-être pas les 800 000 annoncés par les organisateurs qui ont du compter en nombre de couilles plus qu'en individus mais sûrement pas les ridicules 100 000 des autorités qui n'en n'ont plus guère. Pour vous donner une idée, le stade de France peut contenir 80 000 personnes...

Bref, enfin des chars qui ne coupent pas la musique avant d'entrer place de la bastille, pas de flicaille partout autour de la colonne de la place comme l'an dernier et un concert sympa organisé par Elysée Montmartre.
Juste un carton rouge pour le gros porc qui jouait les gardes du corps avec ses 120 000 tonnes de graisse et tapait presque sur les mecs qui mettaient leurs pieds sur les barrières de sécurité et a viré vraiment sans ménagement une nénette qui s'y était assise.

Juste une observation, terminer un concert place de la Bastille à 20h30 ça fait un peu fête de folie à la maison de retraite...

Sinon, ben de bien beaux mecs, sûrement aussi de bien belles filles mais ça, j'ai pas trop fait attention lol.

09:20 Écrit par le_pd_politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 14 juin 2010

Une Belgique plus ridicule que nos blagues...

01ecole.jpg
Cherches la Belgique et tu trouveras la Wallonie.

La Belgique n'a plus besoin des plaisanteries idiotes des français pour être ridicule, il lui suffit de faire de la politique. Enfin, politique est un grand mot pour un petit pays fondateur de l'Europe. Comme l'a dit le leader du parti nationaliste "Si la Belgique disparaissait personne ne s'en apercevrait." Ça c'est vrais, avec un PIB égal à celui du seul quartier de la Défense à Paris, imaginez ce que vous serez alors ? Ne croyez-vous pas que votre histoire commune vaut plus que vos bisbilles racistes que peuvent entretenir quelques adolescents en manque ? Que deviendrez-vous lorsque vous vous serez partitionné, en autant de principauté de Monaco ou d'Andore ? Ne pensez-vous pas que vous êtes plus entendu en Europe que ne le sont ses micro-états ? Vos chefs de partis devenus Présidents ou Princes seront-ils plus intéligents, plus responsables ?

J'entends que la partie francophone aimerait, en cas de scission, être rattachée à la France, cela devrait me réjouir de voir mon pays s'agrandir à cause de la connerie des autres mais ça m'attriste plutôt. Vous avez un capital sympathie très fort, un capital tendresse qui mourra avec votre émiettement lorsque vous ne serez plus qu'un zoom linguistico-géographique, un pixel de Croatie.

Alors continuez à nous faire rire seulement via nos blagues de bof, continuez à nous entraîner en Europe en partenaires originels et ne jouez pas la mort du Signe lorsque vous avez la taille d'un canard comme si votre décomposition devait être annonciatrice de celle de l'Europe.

14:12 Écrit par le_pd_politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 25 mai 2010

Toréador

Voilà ce qui plait aux mecs, qu'on parle de leur bite, qu'on matte leur bite, qu'on leur branle la bite, qu'on leur la sente, qu'on leur la lèche. Il faudrait plus parler de la bite de lumière que de l'habit de lumière destiné à montrer les attributs virils des hommes. Affronter un taureau c'est faire face dans un combat homosexuel à ses penchants naturels, le sexe.

corrida-toreador-el-juli-castella-feria-nimes-2-french-bullfighter-sebastian-castella-stares-at-the-bull-after-being-tossed-during-a-bullfight-on-th.jpg
Bite_de_torero.gif

 Ce qui est sensé séduir les femmes, séduit aussi les hommes parce qu'ils montrent ce que eux-même aimerait brandir avec autant de panache, dommage que ce panache soit celui du sang mais est-on bien loin du sang des menstrues ?

09:49 Écrit par le_pd_politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

La place de la bite au cinéma

44.jpg

Bon, je m'en va vous citer les films qui me viennent à l'esprit ou l'on voit du zob, des roustons, du chibre, bien oui, faut bien un peu de contre-partie. J'ai aussi lanché un forum sur le sujet via un cité homo-coopératif qui m'allimente en titre.

Je récapitule la liste des films qui nous sont proposés :

  1. Mysterous skin le plus beau je crois avec une scène de massage, c'est pour ça que je le connais. Neil se fait sucer par un gros porc mais lui se tape un orgasme absolument superbe.
  2. Short bus bcp plus sévère en terme de crudité qui fait bien cette jonction que j'aime entre le corps et la forme atistique (aussi un massage) On y voit des scènes de sexe très très crues, enfin, pas plus crue que ce qu'on fait soit même.
  3. Les idiots par Lars Von Trier connais pas
  4. Antichrist par Lars Von Trier qui a choqué pas mal de monde. Pour le coup de la bite on en voit ... en érection se faire branler et même éjaculer !
  5. Hustler White connais pas.
  6. Jamais sans toi  avec les deux frères bien montés, face à face et très rapprochés dans la salle de bains...
  7. Six Feet Under de Alan Ball avec des chibres morts et des chibres vivants (là aussi il y a des massages).
  8. HARD de John Huckert's, un thriller où on voit le mec s'enlever une capote + une scène de lutte.
  9. Rome 1, saison 4 Marc-Antoine se fait laver, dans la cours de sa maison, complètement nu et recevant un visiteur. On voit aussi une fois le pénis d'un esclave.
  10. Le Libertin avec Vincent Perez dont on voit le zob
  11. Les chemins de l'Oued avec Nicolas Cazalé
  12. O Fantasma
  13. CALIGULA (la version non coupée, 1978) fellation éclair
  14. Peut-être de Cédric Klapish, au début on voit Romain Duris parler à Popol!
  15. l'homme blesse
  16. 37.dedres2 le matin on voit la teub d'Anglade
  17. Nuit d'été en ville, avec le meme Anglade
  18. le temps qui reste,  de Ozon, une scene tres chaude entre Melvil Poupaud et son amant.
  19. Salo ou les 120 journées de Sodome de Pasolini, mais là c'est carrement la totale!!!
  20. Dante's Cove, 1er épisode
  21. Péril en la demeure, avec l'immense appendice de Christophe Malavoy…

Si vous en voyez d'autres...

09:26 Écrit par le_pd_politique dans Homosexualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 11 mai 2010

La mort de sardanapale

tunick5.jpg

Les nus de Spencer Tunick

On dirait vraiment un tableau de Delacroix, La mort de sardanapale version contemporaine, une mort composée par la vie, des corps qui se donnent dans une sorte de morbidité du mouvement, vous n'avez que ce couple central et originel qui se dresse comme une espérance.
J'aime aussi beaucoup le couple de deux garçons en bas à droite avec d'abord le personnage viril qui cache à demi son sexe avec sa main et le second, juste derrière lui au membre merveilleux, il est si blanc, si lourd qu'il forme un genre de rhizome rosé qui se détache de ses hanches parfaites. Regardez comme le haut de son corps redevient carné, rejoint dans les teintes le reste de cet amas de groupe.
Pour finir j'aimerais bien relever le contraste entre le tableau central et l'instrumentalisation humiliante qui est faite du corps de la femme qui se tient accrochée à l'homme alors qu'à l'extérieur nous avons une égalité parfaite homme/femme avec l'étrange sensation que me donne le bébé. Il semble avoir était sécrété par le couple du milieu et mis au monde par le groupe.

15:08 Écrit par le_pd_politique dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 10 février 2010

La sexualité des Faunes

Ce matin, alors que j'étais au chiottes, j'ai eu cette réflexion concernant ce qui distingue l'hétérosexualité et l'homosexualité et j'en suis venu à considérer que l'hétérosexualité est mystique alors que l'homosexualité est magique. A croire que chier me donne de l'esprit, mais c'est imposé à moi, que l'hétérosexualité c'était le couple originel, Eve et Adam, leur décendance et ce sentiment d'union accomplie lorsqu'ils font l'amour. Être deux au début de l'acte sexuel, ne faire qu'un pendant la baise et se retrouver à trois, voir plus après la petite mort, tout en se continuant potentiellement après la vraie grande mort... L'hétérosexualité, c'est l'image symbolique et médiavale de la vierge et de la licorne, cheval blanc arnaché d'une sur-exposition du pénis (pénis-corne) qu'elle arbore sur un front-pubien que les contes pour enfants rendront plus lisibles en remplaçant l'appendice frontal par un prince soit-disant charmant mais chevauchant quand même l'animal. Le message phalique reste le même dans une variante plus active et guerrère évoquant la soumission. La vierge n'est elle approchable que par cette licorne, elle est la purté et la divinité, elle est l'immanence quand l'homme est la transcendance nous dit Simone de Beauvoir dans le deuxième sexe. La viège est celle devant laquelle la licorne se prosterne, ils sont deux, les vraies rencontres ne se font qu'à deux et de fait, l'homosexuel est exclu du jeu mais il reste incarné à ce paysage mystique de la sexualité, en arrière-fond.

L'homosexualité c'est le monde des leprechauns, des faunes qui entretiennent avec la sexualité, dans l'esprit hétérosexuel, un lien magique, souterrain et inquiétant avec elle, parce qu'ils ne connaissent pas de repos, de cycle. Ils sont la personnification mobile de l'esprit sexuel de la forêt lorsque les arbres sont la représentation de leur force virile. Ce qui inquiète le garçon, ce n'est pas tant son pénis dressé qu'il découvre et apprendra à l'apprivoiser tout au long de sa vie, mais la multitude de sexes masculins en érections qui le confrontent à sa propre homosexualité. La forêt fait peur parce qu'elle est un multiple de ma force sexuelle qui révèle ma faiblesse face au nombre.

ausecours.jpg

La violence de la sexualité masculine doit se tempérer à la douceur de celle des femmes et se combiner pour donner naissance à un équilibre sexuel voulu, doux et brutal comme peut être doux la sexualité d'un homme avec une femme et brutale comme peut être celle des femmes avec les hommes parce que tout n'est pas que dans un sens.
Pour les pédés le constat est sans appel, le sexe est partout dès lors qu'il se trouve deux farfadets pour copuler dans la masse inquiétante des bois, la nuit, parce que tout ce passe naturellement la nuit, c'est pour cela que les braves gens dorment la nuit et travaillent le jour.

fellation_nuit.gif

Et ce n'est pas tout-à-fait faux, lorsque la sexualité d'un homme ne trouve pas la limite bornale qui distingue celle des femmes, alors la déchéance est totale. L'homosexualité connaît le tabou mais contrairement aux hétéros, elle le maîtrise, c'est là le caractère magique qu'on lui prête. Quand une femme, rencontre une autre femme qui connaît son corps aussi bien qu'elle-même, lui fait l'amour comme elle aurait souhaité qu'on le lui fasse, en jouant ici plutôt que là au moment-même où il faillait le faire parce que les corps sont mêmes, se prolongent autant qu'ils se complètent, comment voulez-vous qu'un homme puisse trouver sa place dans une telle harmonie ? Il devient l'élément intrusif. L'homosexualité féminine plaît aux hommes parce qu'elle n'est rien qu'un multiple du corps qu'ils aiment, mais, l'homosexualité masculine a ceci de "criminelle" qu'elle accomplie quotidiennement et sans scupules ce que eux peinent à assouvir pour moitié dans la semaine et, ce qui est le comble de l'horreur, c'est que se déroule à leur imagination, la représentation de deux corps masculins enlacés, alternativement baisants et baiseurs. Et c'est d'autant plus monstrueux que ça entre en résonance avec leur propre désir profond de subersivité et d'autant plus attirant qu'il risque fort de se retrouver comme dans la masturbation mais puissance 10. Baiser c'est la guerre qui se confronte à la raison des femmes qu'une sexualité adverse admet et délimite, alors que que baiser entre homme et de la destruction totale comme appelle à la chute la falaise au bord de laquelle on marche entre vie et mort, attiré par l'abîme autant que par la jouissance de la vie. L'homosexualité n'est qu'odeur, perversions, sperme et sueur alors que l'hétérosexualité n'est que miracle difficile, facile gage de permanence et de maîtrise de soi mais aucune n'est libre de toute embûche et qu'on éjacule dans le ventre lisse d'une femme ou dans le cul viril d'un homme la peur reste la même, qu'en ne faisant qu'un une partie de soi disparaisse.

10:52 Écrit par le_pd_politique dans Homosexualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 07 février 2010

John Terry ou l'autre forme de prostitution féminine

fernando-verdasco-cosmo.jpg

John Terry, Capitaine de l'équipe d'Angleterre "accusé" d’avoir introduit son pénis dans l’ancienne compagne plus que consentante de son ami et coéquipier en sélection, Wayne Bridge, démissionne. On savait qu'un divorce pouvait coûter cher mais pas qu'un coït avec un mannequin français pouvait mettre un peuple contre un seul homme. Les anglais lui en veulent parce qu'il avait l'image du père idéal et qu'il avait accèpté de se laisser médiatiser comme cela et surtout qu'il a intenter un procès à la fille pour la faire taire. Mais au fait, c'est quoi un père idéal ? Un connard prisonnier d'une connasse dans le cadre du mariage et dans la vulve de laquelle il a suffisamment éjaculer pour lui faire pondre des bébés comme le-lui commande son horloge biologique afin de faire nommer ça une famille ? Excuser mon sexisme mais ça m'énerve grave.

La fidélité est la dernière forme de dictature accèptée dans nos sociétés modernes, sorte d'alliance moyen-âgeuse qui prétendrait nous lier pour la vie à une seule personne au nom de l'amour qu'on met à toutes les sauces mais qui dissimule en fait un contrat de mariage dont les hommes sont souvent la victime. Combien de femmes américaines à la vulve plus ou moins hypertrophiée ont trouvé dans l'infidélité de leur mari le prétexte de s'en débarasser en victimes conservatrices se consolant avec le petit mouchoir à plusieurs millions de dollars qu'elle auront fait payer à leur idiot de mari ? Les hommes sont des cons, je le sais, j'en suis un, on est immature, notre queue est notre antenne et les culs qu'on convoitent sont des paraboles avec lesquelles s'engage un dialogue permanent entre culture et pulsion.

Voir l'Angleterre rejouer du Made in USA avec un bonhomme amené à faire des excuses publiques est pathétique. là, je trouve que c'est une autre forme de prostitution féminine, c'est vrai, on crache toujours à la gueule des putes parce qu'elles font le trottoir et parce que leur commerce est trop évident mais le divorce dans ces conditions, comme d'ailleurs le mariage arrangé sont des exemples de prostitution sociale accepté de tous.

laconditionfminine.jpg
INFIDELE

Est-ce un scoup de dénoncer ces femmes adèptes du célibat ou qui sont trop connes pour retenir un mec et le manipulent juste assez pour se faire sauter par lui afin de devenir mère ? En plus, la loi leur permet de faire raquer le donneur sous forme de pension alimentaire pour le bien de l'enfant. Y ont-elles pensées au bien de l'enfant ? Y ont-elles pensées au copain ? Ont-elles pensées au sens de leur vie ? Qui dénonce ces femmes manipulatrices aujourd'hui ? Les mecs dans notre histoire commune ce sont comporté comme des monstres parfois et aujourd'hui encore mais les femmes qui furent leur principales victimes n'ont pas données leur reste.

Demander pardon à la téloche pour en avoir baisé une autre, mais je rêve, c'est du délire. Vous vous rendez compte ce que veut dire infidèle ou pire, fidèle ? C'est une aliénation de l'esprit à laquelle on subordonne sa liberté. Être fidèle à des valeurs ok mais ce n'est pas nier l'amour, son union avec sa femme que d'en une autre.

Une enquête récente a démontrée en 2010 que les femmes acceptaient davantage l'infidélité sexuelle que sentimentale parce que dans l'histoire de l'évolution des espèces la sauvegarde du couple est la priorité de la femme contre laquelle elle admet la concession de l'infidélité physique. Chez l'homme c'est inverse, il admet plus l'infidélité amoureuse de sa femme pour un autre que sexuelle parce que biologiquement cela peut s'apparenter à devoir assurer la paternité d'un enfant qui ne serait pas de lui et donc de peser financièrement sur la famille au point de devoir réduir ses propres ambitions en assurant la continuité de son génome.

Réclamer justement l'égalité des sexes passe par la réforme de modes d'unions et il serait plus judicieux de permettre une forme d'union renouvelable. Rien que l'idée affolante de devoir passer au tribunal pour divorcer est ridicule.

John Terry à une sexualité qui doit pouvoir passer par d'autres canaux que les voies naturelles de sa femme, qu'il s'agisse d'hétérosexualité avec un mannequin ou d'homosexualité, Bi, transe, cette société soit-disant moderne est encore pleine de vieilles lunes qu'il lui faudrait bousculer. Ca sert à ça les lunes...

11:42 Écrit par le_pd_politique dans Harro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 02 février 2010

Se gratter le cul avec une pizza

0HZEL6RA--550x300.jpg

Il y avait une vidéo Suisse sur YouTube qui montrait un pizzaiolo qui foutait des crottes de nez dans une pizza, baissait son pantalon et se grattait la raie des fesses avec avant de la mettre en boite. Je la trouvait plutôt sexy et même si ce n'est pas un comportement acceptable en terme d'hygiène pour un établissement elle avait un pouvoir underground assez fort, bien elle a était détruite pour "non conformité avec les rêgles de YouTube". Donc c'est mon tube  mais YouTube peut me le tuer quand je veux.

 Être conforme, ben justement, l'idée c'est de ne pas l'être, le trash ça sert à ça mais ça pose un autre problème, qu'elle est la place aujourd'hui réservée à l'underground, aux expressions souterraines, au sexe pur ? Autre chose, ces vidéos que l'on met sur YouTube et les autres, peuvent être supprimées sans même que l'on en soit informé, c'est intervenir sur mon site sans mon accord.

On dit qu'Internet est une démocratie dans laquelle tout le monde peu s'exprimer, pourtant un hébergeur peut détruire mon blog sans même me le dire en anéantissant mes textes sans que cela pose de problèmes déontologiques. Démocratie ?

Alors vous allez me dire que c'est pas très fûté de se nettoyer la chatte avec une pizza destinée à un client Suisse, mais est-ce que c'est plus malin de sodomiser une courge ou de foutre du chocolat sur le minou de sa copine ou de boire la pisse de son conjoint. Il y a même qui vont jusqu'à s'offrir des bagues de fiançailles.

12:22 Écrit par le_pd_politique dans Harro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 31 janvier 2010

Rasta bientôt

 

Homme_blond.gif

Le mot dreadlock, vient de la bible et évoque la "Crainte de dieu" dread of God. On les appelle aussi Rasta de culture rastafarienne, qui veut dire, effrayante boucle en gros, les hindous les appellent ja taa, cheveux en serpent plus ou moins, mais je ne suis pas un spécialiste. Depuis le début de son histoire l'homme porte des dreadlocks, car sous le poids des cheveux non coupés et du suint que produit naturellement le cuir chevelu se forme des faisceaux qui en s'enmêlant produisent des dreads. Les rastafariens n'ont rien inventé et respectent juste ce passage de la bible, dans "les nombres" qui est le NAZIREAT, les voeux de nazirit, c'est être devoué à Dieu, lui laisser ta pureté en gardant un corps naturel, sans alcool, sans drogues, et même sans sexe pour les Sadou indiens. Ils renoncent à se couper les cheveux, à les coiffer et certains ne les lavent plus afin de ne pas parraître vaniteux au regard de celui qui leur a donné la vie. Le corps n'est qu'une enveloppe de transition qui doit rester la plus intacte possible, comme Dieu l'à faite.

P1010004.JPG
Là c'est moi avant mes dreads à 2 mois

Moi je me situe dans une ligne médiane, je suis profondément athé, no drogue, no alcool, no tatouages, no piercing, rien de se qui constitue une violence faite au corps ne doit me modifier. C'est peut-être pour cela que je suis masseur, je dispose du moins de biens possible, mais mains sont mes outils, par contre le sexe est pour moi une thérapie, une vérité, un plaisir, une transcendance par laquelle je tente d'échapper au conservatisme, aux idées reçues où même la violence voulue lorsqu'elle se manifeste est une sorte de transe par laquelle j'évacue mes tentions. Baiser le corps d'un autre garçon est un honneur, une philosophie où je redeviens primitif, homme, un vivant masculin.

Les dreads sont ainsi appelées rastas, diminutif de rastafari, ras, le chef et tafari  "celui qui est craint ". L'idée là n'est pas d'être craint mais au contraire d'appeler au partage, à l'amour et à la sexualité mais je ne suis pas un queutard comme le montrent souvent les homos qui ne font que rejouer les influences machistes dans laquelle ils ont baigné, sexe libre ne veut pas dire introduire comme un hostie son gland dans toutes les bouches qui s'ouvrent pour le reçevoir.

Mes cheveux en janvier avant les dreads

P1010012.JPG
Les dreads ne sont pas une coiffure c'est un état d'esprit, une révolte contre la société, contre ce qu'on nous impose.
Entretient
Les dreads ça pues, c'est crade, ça abîme les cheveux, ça prolonge la connerie des gens et certains disent même que ça la disperce. Les Dreads ne sont que des cheveux et 95% du trou du cul des gens sent la merde alors arrêtez de vouloir me faire la tête plus propre que votre cul. C'est vous les dègues, c'est amusant ce côté occidental qui s'essuient l'anus avec du papier. Quand tu tombes de la confiture sur la table, tu l'essuies avec du sopalin ? Vous avez remarqué qu'on lave les nouveaux-nés tous les jours et qu'on leur lave la chatte avec du lait de toilette et plus ils grandissent, plus on leur désapprend la propreté.
Moins tu laves tes dreads plus elles se cirent naturellement avec ta production de sébum mais tout dépend de ton métier, du sport que tu fais etc. Mois je vais au sauna tous les 15 jours et le sauna c'est le meilleur endroit pour se laver la peau mais aussi les dreads.
Tes cheveux peuvent dégouliner c'est pas la même merde que chez toi. Par contre les laver par quinzaine t'oblige à les cirer, on appelle ça la wax (cire). Les dreads lavées font ressortir la pointe des cheveux, les hérissent, donc quand ils sont sec, tu prends une noix de wax dans la mains et tu parts de la racine jusqu'au bout en faisant pénétrer ta cire tout en la roulant dans la dread.
La wax industrielle contiennent des ingrédients issus de l'industrie pétrolière, ça fait marcher le commerce mais moi je n'aime pas le commerce et je préfère la wax "naturelles" la plupart du temps nommées "BeesWax" (ou BeezWax), littéralement : 'Cire d'abeille'.
Atébas, les atébas sont des mèches de laines, de jean's et autres tissus, de couleur, bouts de plastiques, qui animent le cheveux comme un paysage qu'on tisse soi-même. On peut aussi y mettre des perles de verre. Moi je préfère faire mes atébas moi-même et je ne les enroulent pas autour de la dread parce que ça l'étouffe, ça ne va super dans le sens de la propreté, alors déjà qu'on dit de nous qu'on est crad... L'astuce c'est de prendre un tuyau de plastique si possible recyclé ayant la longueur de vos dreads et vous l'habillé comme un atébas. L'avantage, c'est que vous pouvez mieux travailler dessus qu'en le tissant sur votre tête, lorsque vous vous douchez vous pouvez l'enlevé et surtout, vous pouvez en changer selon votre style du jour ou la couleur de vos fringues. Vous percez le bout de ce tuyau de deux trous dans lesquels vous passez un élastique à moitié-moitié, vous enfilez une des boucle dans l'autre, vous tirez et la boucle restante vas s'enrouler à la base d'une de vos dread. En plus vous pouvez coller, faire des formes etc.
Vous pouvez aussi faire des fourreaux de tissus : une bande de jean's de la largeur de la circonférence de la dread à habiller et de longueur correspondante, vous cousez jusqu'à obtenir un cylindre. A l'extrêmité de ce tube, vous cousez une pastille de tissus, vous surfilez vos coutures si elles s'éfilochent, vous retournez et n'avez plus qu'en enfiler votre étuit à dread que vous faites tenir par une aiguille ou une épingle à nourrice.
Les Tams, sont des bonnets pour les têtes dreadées.
Piercings, boucles d'oreilles, tout ce qui s'accroche à vos dreads est bon. Avec un ancien CD, un pot de yaourt ont peut vraiment s'éclater.

09:47 Écrit par le_pd_politique dans Dreadlocks | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 21 décembre 2009

Distinctions sexuelles

Je voudrais tenter aujourd'hui d'isoler les représentations sociales que dessinent notre notre sexualité, il est d'ailleurs assez logique que notre organisation tienne compte de la dominance de la sexualité mais ce qui me fascine c'est vraiment ce besoin impérieux de se distinguer des groupes. Notre cerveau projète des idéaux qui nous poussent à écrire sur le concept de liberté, de citoyen en droit, et en même temps nous n'avons de cesse de chercher ce qui nous distingue dans nos pratiques les plus intimes afin de savoir qui est au-dessus ou en-dessous de qui. Tant qu'il s'agit des constructions organisationnelles d'une société, l'homme trouve toujours une stratégie pour se hisser comme il le peut avec cette symbolique d'ascension trompeuse mais moteur dans la dynamique sociale, par contre, lorsqu'il s'agit de sexualité et donc de goût, le déséquilibre est plus manifeste et vicieux.

silence.jpg


Hétérosexualité, homosexualité sont à la sexualité ce que que la bulle est au niveau, un référent social qui nous positionne au regard des autres mais que l'on aille à droite ou à gauche nous sommes toujours dans la même eau. C'est cette bulle que tout le monde s'applique à regarder consciencieusement, c'est elle qui bouge et quand on penche d'un côté, notre sexualité de référence va de l'autre et montre toujours l'horizontalité socialement conforme alors qu'on se situe à l'exact opposé sans rien laisser supposer de la nature de l'eau qu'on bouscule.

Est-ce que la norme sociale en terme de sexualité ne serait pas à la vérité ce que cette bulle est au niveau, c'est-à-dire un curseur qui ne fait que montrer ce que l'on veut qu'il affiche, un horizon qui ne permettrait aucun relief ?
Car enfin, on oppose toujours l'homosexualité à l'hétérosexualité comme si elles étaient antinomiques et sans aucune connection, mais pour qu'il y ait un pôle nord et un pôle sud, il faut la jonction de ces deux hémisphères que représente la bisexualité. Si cette dernière est moins mise en avant c'est qu'elle démontre par son existence même la porosité entre deux mondes qu'on voulait inconciliables et étanches en terme de signalétique sociale.

En fait c'est autour d'elle que s'axe le débat, de quel côté est-on ? Si il y a un bon et un mauvais côté que ne définirait pas les moeurs mais la représentation qu'il en a, alors, il est normal que ce soit la bisexualité qui soit la plus exposée. Les deux autres se distinguent par la nature de leur opposition et la répultion que sucitée leur rencontre, alors que la bisexualité en tant qu'entité, dès lors qu'elle est nommée, se constitue en jonction.

savon_for_men.gif

Pour ces deux sexualités c'est vécu comme une désertion d'autant plus intenable qu'elle semble avoir la constance d'une girouette là où on voudrait une élite convaincue par ses moeurs. Seulement la sexualité n'est pas une opinion que l'on affiche mais un ensemble de pratiques que l'on partage au détriment de la distinction compulsive d'appartenance à tel ou tel groupe. Le seul que l'on connaisse c'est celui de la sexualité avec toutes ses variables.
Le constat fait de cette instabilité entendue, on tente de quantifier mathématiquement les parts d'homosexualité sur l'hétérosexualité comme autant de tentièmes nécessaires à l'établissement d'un ratio. S'engage ici un nouveau carnage de chiffre écharpant 100% de sexualité en territoires que l'on redessine à chaque conversation en fonction de l'interlocuteur pour expliquer, défendre sa position sociale. Pourtant, la sexualité n'est pas une quantité et l'homosexualité diluée dans une base hétérosexuelle n'est pas un taux d'ammoniaque à isoler d'une solution afin d'aboutir à un concentré pur de sexualité dominante nettoyée et nettoyable de ses impurtés originelles. Imaginez une huile essentielle d'hétérosexualité qui passerait pas les pores de la peau pour l'affermir dans ses convictions et l'essencialisation de l'homosexualité deviendrait alors dans son concentré un poison. Nous avons tous entendu ces allégations oiseuses prêtant à cette dernière 10% d'existence en comparaison de celle dite normale tenant le bastion avec ses 90% restant, seulement là aussi la bisexualité est évincée parce que cela signifierait dans ce beau partage, que la purté sexuelle ne serait pas atteinte si tenté que 100% d'hétérosexualité soit attégnable. Les mathématiciens du sexe se grattent la tête parce ils savent qu'on établit pas des statistiques sur zéro et que si l'on entre la variable de la bisexualité que reste-il du concentré hétéro et quel poids politique et social a-t-il vraiment ? Ces 90% se compose d'un fort taux d'humidité bisexuelle et les tenants de cette thèse ne sont plus dès lors des militants, des passionnariats de la cause mais deviendraient pour nombre d'entres-eux de simples sympathisants, votant à droite, votant à gauche, en fonction des affinités électives du coeur et des rencontres de la vie.

Ces deux sexualités ne sont pas des éléments atomiques et si l'on oublie de mentionner la bisexualité c'est parce que, procédant de l'une comme de l'autre elle se distingue de la mono-sexualité des deux par la pratique indiférencée de chacune. La bi-sexualité est tout à la fois et c'est cette ubicuité qui lui vaut les foudres de tous.
Ce qui me plait dans l'homosexualité c'est sa position corrosive sur les idées reçus que l'acceptation de ma sexualité rend soluble. Ce qui me ravis dans la bisexualité c'est qu'elle interroge et se pose en passerelle obligeant au débat.

Nous avons un pot commun sexuel qui contient à mon sens trois sexualités fondamentale, l'hétérosexualité, l'homosexualité et la zoophilie en impliquant des pratiques sexuelles avec d'autres espèces que celles d'appartenance définies comme telles parce qu'elles ne sont pas inter-fécondable. Le réceptacle tel qu'il s'est développer chez les organismes évolués et particulièrement chez les mamifères se constitue de la femelle et du mâle et la pérénité de ce duo passe par l'hétérosexualité. Cet arche d'alliance, qui prend des formes sacrées chez les homo sapiens sapiens, n'est qu'une forme d'évolution de laquelle découle l'obéissement à des lois imposant des règles et excluant, au nom des textes, ce que l'esprit finit par saisir de lui-même lorsqu'il tente de comprendre les sources de ses pulsions. Seulement, cette hétérosexualité auto-élue exclue toute autre possibilité, soit telle dictée par la nature. L'instinct doit être soumis par l'esprit, l'homme assujétir sa femme et ce couple hautement naturel et normal contraint à son tour la diversité des pratiques que l'organisation qu'il s'est imposée ne lui permet plus de faire. La sexualité n'est ni morale ni immorale, elle est juste amorale, c'est-à-dire sans idées préconsues mais ce couple infernal qui a décidé de s'enchaîner ne veut tout de même pas l'être seul, leurs enfants doivent s'y plier et ceux des autres aussi.
Quand on demande aux partisants de ce Dieu pré-formé pourquoi a t-il laissé l'homosexualité déjà damnée et leurs suppôts bisexuels promis aux gémonies, la réponse des plus fondamantalistes fuse, "C'est pour mieux nous montrer ce que serait la création sans lui." comme nous le rappel Jean-Paul Aron et Roger Kampf dans Du pénis ou la démoralisation de l'occident.

Poisson.gif

L'hétérosexualité, même constituante et incontournable pour la reproduction, ne peut pour autant tirer de sa nature un privilège en faisant de simples instincts la réponse à un devoir supérieur.L'extraordinaire de la question que pose l'homme hétérosexuel c'est qu'elle a l'infame audace de n'exiger de réponse que de ceux qui la conteste, c'est ainsi à l'oposant, comme devant un new sphinx, à la trouver, mais ce n'est pas tout. Elle constitue la seule équation à un inconnu, Dieu, qui ne soit tout simplement pas résolvable puisqu'elle propose de remplacer X par la foi et toute tentative d'explication par la croyance à l'exclusion de tout raisonnement. L'homme c'est ainsi fait sa petite sphère céleste où Dieu lui est certes supérieur mais d'un encombrement minimal qui lui laisse toute la liberté pour faire appliquer sa loi. Pour les plaignants, et comme on est pas à une incohérence près, le Tribunal des jugements derniers ne rendra son verdict que lorsque que le contestataire sera mort.
Si l'hétérosexualité se compose d'un homme et d'une femme, elle restera invariable tant que le sort est entre les mains des deux premiers exemplaires mais dès lors qu'il s'oppère un travail de reproduction et de multiplication la variante des combinaisons essaime en autant d'individu et abstinence, homosexualité, bisexualité ou zoophilie sont les incontournables d'une sélection ouverte. Si seul l'hétérosexualité fonctionne pour la reproduction, ce n'est pas pour qu'elle s'arroge le droit de diriger les autres dans une logique essentiellement utilitariste du corps.
Lorsque l'homme se crée en société et pense son environnement, il ne peut omettre les différents composants du groupe sachant que le principe politique qu'il a élaboré pour être au plus près des préocupations de tous en terme de liberté met dans les préambules de la démocratie l'égalité. Si définir n'est pas hyérarchiser, distinguer une sexualité pour lui donner une prédominance politique est une auto-sélection et une discrimination. Entendre encore des responsables de partis dire qu'il faut attendre la maturation du peuple c'est refuser de l'impliquer dans le procésus qui le concerne et lui dire qu'il est immature pour prétendre penser à la place de ceux qui décident. En vérité, l'immobilisme politique n'est que la continuation d'un autoritarisme sexuel lors duquel le dominant décide.

hlm.gif

La bisexualité, une force politique sous exploitée.

Une orientation sexuelle devient organe de décision en se définissant comme la sexualité majoritaire. C'est d'ailleurs tout-à-fait vrai tant que la bisexualité reste sous-représentée et tabou. Une société symétrique, à deux pôles est plus facilement identifiable et compréhensible par tous, les hétéros d'un côté, majoritaires, au pouvoir, et en face, les homos, archétype même de la minorité, déficient comme on ne saurait réver mieux au vue des exigences de la nature qu'ils ne sont pas en mesure de satisfaire. Seulement le débat politique se complexifie avec l'émergence d'un "nouveau venu" ou plutôt devrais-je dire, d'un nouveau "malvenu", la bis-sexualité. Elle est à la sexualité identitaire des deux autres tellement bien représentées, une sorte de MODEM, de parti du centre qui tend à faire la jonction par l'unification des idées.

Face à deux sexualités d'élection qui s'opposent, la bis-sexualité jouerai, en langage électoral, le faiseur de majorité en imposant une triangulaire, car en réalité aucun des deux grands leaders hétérosexuel comme homosexuel ne sont en mesure de prouver leur suprématie électorale, et comme il est bien entendu qu'on reste seul dans les isoloirs de son intimité, il est établit que si l'on additionne tous les partisans purs et durs de chaque sexualité traditionnelle et que la bisexualité appelle ses adhérents à l'abstention, aucun n'obtiendra de majorité absolue et rendra toute suprématie sexuelle ingouvernable.
En effet, entre ceux qui sont passés d'une sexualité à l'autre présentée comme une erreur de parcours, ceux pour lesquels, elle reste exceptionnelle,  occasionnelle ou régulière, curiosité, vice dévorant ou de circonstance, ceux qui la dise, la taise ou l'ignore, ceux qui la découvre comme un cadavre encombrant dans l'inconscience qu'ils se sont mis en tête de fouiller et ceux dont l'âge leur a permis d'en faire l'apprentissage lors des milles surprises cachées dans les replies de leur vie, la bisexualité est en mesure de rendre l'un comme l'autre vainqueur.

91.jpg

Qu'elle s'avise à dire, j'ai eu des pratiques homosexuelles sans pour autant abandonner la part des plaisirs que me procurent l'autre sexe, que les homos mariés convaincus par les ans, prisonniers des années dont le tampon-dateur fait remonter à 30 ans leur hétérosexualité prétexte et ceux qui se sont laissés séduire par les charmes d'une sexualité pratique contractée par raison, mais dont le coeur regarde toujours vers leur sexe d'élection et l'homosexualité devient ultra majoritaire. C'est d'ailleurs ce que plus prosaïquement avait démontré le rapport kinsey dans son Sexual Behavior in the Human Male de 1948 et Sexual Behavior in the Human Female de 1953 en établissant que 46% des mâles interrogés avaient réagit à l'échelle qu'il avait élaboré allant de 0 à 6 pour tenter de définir la simple attirance homosexuelle à la relation concrète. Il avait déjà compris que le curseur sexuel n'était pas le seul qui permettait d'isoler un sentiment trouble pour une personne de son sexe.

Je pense donc que les homosexuel(le)s devrait travailler de concert avec les bisexuel(le)s qui constituent une force politique considérable et largement sous-exploitée afin que nos droits soient également respectés. La bisexualité n'est pas l'indécision d'un choix, le procésus de déterioration d'une pratique pour une autre, elle est un parcourt dont la "teneur" en hétérosexualité ou en homosexualité ne se mesure pas mais se vie. Quoi qu'il en soit, chaque naissance est une conscience à instruire et jamais le travaille ne sera clôt pour faire accepter, l'espace de ce court instant de vie qu'on traverse, nos plus intimes convictions d'Êtres fondamentalement pensants. Voilà, pour le masseur aux pieds nus que je suis, ce qui fait que je suis un homme.

Le gaulois
Lundi 21 décembre 2009

 

.

16:57 Écrit par le_pd_politique dans Homosexualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 18 décembre 2009

L'art de se faire des dreads

L'art de se faire des dreads... Et en plus il y a de beaux mans.

Là c'est moi après 6 mois de crépage mais ce n'est pas ce que je veux. Ils faut dire qu'en l'état, en les laissant pousser comme ils viennent, je ressemblerais à une sorte d'if blond taillé en boule. Là c'est top, ils sont très beau, et un peu caladministrés mais ce n'est pas ce que je veux. Moi je veux aboutir à une quinzaine de cordages sur le crâne.

Alain_Cabello_Dread.gif

 
Galerie de photos par vidéos  

 

Cette vidéo est plus sur la technique pour se faire des dreads.

Là c'est plus l'art d'entretenir ses dreads. Je n'ai rien trouvé en français.

Ici, c'est juste parce que le mec est mignon.

Quelques mois plus tard et toujours aussi sex.

 

 

13:57 Écrit par le_pd_politique dans Dreadlocks | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 09 décembre 2009

Les fesses sur Arte jeudi 10 dec

Chatte_mortelle.gif

Pour ceux qui aiment la Lune sous son versant anatomique Arte diffuse le jeudi 10 décembre, à 22 h 10 le film
"La Face cachée des fesses" par Caroline Pochon et Allan Rothschild, dont un livre a était tiré : Arte éditions, 226 pages, 29,90€.

Nous noterons biensur sur le web, la surenchère hétéro-centrée des planqués, journaux en tête, pour nous abreuver de culs féminins afin de bien insister sur l'ampleur de leur domination. Pas un qui fasse (face) l'effort de la diversité.

C'est pas pour dire mais le tabou n'est pas chez nous, les pèds. Le cul c'est notre mecque de mec, notre petit Dieu, un soleil noir dont la mandorle nous éblouie, nous épuise et nous abandonne dans l'émerveillement de sa création.
C'est le seul astre que l'on peut montrer des doigts et qui s'approche spontanément de l'homme que je suis pour se laisser toucher.

Ah constélation de garçons dont chaque région se fait planète hébergeant un rêve pour chacune.

09:30 Écrit par le_pd_politique dans Homosexualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

mardi, 08 décembre 2009

Le pénis est-il de droite ou de gauche ?

Le pénis est-il de droite ou de gauche ?
17er.jpg

Ce serait intéressant de savoir de quel bord politique le pénis peut-il être, de droite, de gauche ? Pour ma part il est sans conteste de droite, monarchiste, conservateur et insupportablement aristocratique. Le sexe des mecs m'énerve, me réduit, me simplifie alors qu'il devrait participer à me composer comme Être à part entière. Ici au contraire il m'isole de cette autre partie du monde qu'on appelle les femmes et me fait sur-exister dans mon rapport à l'homosexualité. Seul mon sexe compte, térébrant, orgueilleux, trivial, arrogant, baisant et pourtant si fragile. C'est sans doute ce qui fait que lorsqu'un mec ne bande plus de façon aussi impérieuse qu'à 20 ans, des "accidents" de coït, ses pannes débouchent sur de véritables crises identitaires. A voir partout cette surexposition du sexe masculin, je finis par distinguer une sorte de négation latente de la complexité naturelle de mon corps, de ma pensée de mecs, de la topologie réelle de mon cerveaux au bénéfice d'une posture sociologique qui nuit aux femmes assez naturellement mais aussi moi-même, non plus en temps qu'individu mais plus globalement en temps que sexe.
Oui je sais, je ne suis pas super qualifier pour parler de cela mais qui d'autre que ma petite bouillie cérébrale peut s'interroger sur la place réelle que le bonhomme qui la trimbale peut prétendre avoir ? C'est vrai, ce sexe m'encombre plus que je ne le souhaiterais et voudrait que je ne pense jamais sans l'inclure dans la formulation de mes idées. Sa place serait donc centrale, son rôle majeur et le reste de mon corps ne ferait que suivre.

Pénis régnant
gay-porn-01.jpg

A bien y regarder, le sexe masculin ressemble à un monarque que l'étiquette lui interdirait d'être pris en faute. J'ai une sorte de Prince William entre les cuisses, un truc blond et frisé, qui doit montrer son aptitude à être ce qu'on lui commande d'être, c'est-à-dire le chef d'un royaume construit de toute pièce sur un monde fait de sujets ; les femmes lui sont subordonnées, la politique est sa spécialité, l'hétérosexualité son blason et le sexe sa guerre qu'il n'envisage avoir perdu que lorsque la sagesse de l'âge se confond à la réalité de ses moyens physiques déclinants pour parer à toute suceptibilité de dominant.
A dire vrai, le sexe et tout le protocole de sa cour m'ennuie.

Alors j'ouvre parmi les livres interdits celui de l'homosexualité qui me permet le recule nécessaire. Ici, rien n'est figé, tout est à penser et même si les pédés ne font, par mimétisme quasi animal, que reproduire ce que leurs doubles normaux ont si bien su dévoyer, la remise en question est par nature, consubstantielle à sa formation originelle. Nous sommes l'anomalie systémique qui menace tout le système et pour trouver notre place, il nous faut la penser puisque aucune création issue des imaginations les plus fertiles ne nous met spontanément autre part que dans les enfers, dans l'erreur mathématique, dans la bourde merdique et la représentation du bouffon qui certes a les attributs royaux mais non la constance qu'il faut avoir pour écraser les autres avec aisance. Le pédé que je suis pense, souvent mal, mais son libre-arbitre lui laisse tout le champs souhaité pour interroger qui bon lui semble comme cette excroissance si sexy qui caractérise mon identité. (Je plaisante).
Seulement, si l'être complexe que je suis peut être comparé à une image, alors mon pénis en est un pixel absolument nécessaire à la composition du tout que je suis, mais reste irrémédiablement insuffisant pour me reconstituer complètement par sa seule multiplication, en un mot, si je reproduis le seul point déterminant mon sexe dans l'espace qu'occuperait mon tout, alors je ne serait plus qu'une superposition anarchique de pénis perdant tout sens. Mon sexe est un, mais pas l'exclusivité de moi-même et il n'a aucun droit de représentation supérieure aux autres pixels de ma composition. Si chacun de ces pixels peut interagir l'un avec l'autre, alors je suis en constante évolution et c'est moi désomais qui peut définir mes orientations, certes en fonction des autres mais pas au détriments de moi-même ou d'une partie de moi. Fondamentalement, mon sexe n'a dès lors par plus d'importance que mes doigts, mon nez ou mes coudes. Pourquoi alors, devrais-je suivre le schéma que l'on m'impose et pourquoi ne pas décliner sur toutes les autres parties de mon corps l'exacte proportion des capacités sexuelles de mon sexe sur l'ensemble de ces micros images pour activer tout mon être en fonction des caractéristiques de chacune ? Mon sexe n'étant plus ainsi surexposé, la pression se résorbe, la monarchie de mes orientation se mue en République des sens et chacun peu gouverner alternativement avec la même efficience en y intégrant même un autre que moi-même.

Le pénis devenu au fil du temps le dépositaire héréditaire du pouvoir des autres pour diriger l'ensemble n'écoute plus que l'intérêt qui le flatte au détriment du droit des autres qui l'amoindri et le disperse. Sans conteste le sexe est de droite, favorable à la préservation de sa lignée, au maintient de la monarchie phalique, omniprésente et compréhensible de tous. Tête de Roi et cul de gueux, l'un est à la droite ce que l'autre est à la gauche, les fesses de l'irrévérance, et l'anus, partie congrue qui n'est plus que le lempenprolétèria d'une condition ouvrière que tout le monde exploite mais que personne ne veut voir sur la place publique. Le cul est siégeant, contestataire, symbole du dos que l'on tourne pour montrer un derrière que l'on cherche à mettre en avant sans trop le dire. Il a dans ses rangs, le plus encombrant des moeurs, la rose rouge d'un communisme devenu noir, une aile anarchique qu'il faut prendre au sérieux lorsqu'elle vous dit "on vous chie tous dessus".
La gauche et la droite du corps méritaient autant les places qu'elles occupent dans l'Assemblée qu'elle se sont accaparées mais quid des coudes, des génoux, des omoplates, de la représentation exacte de tous pour être vraiment soi ?

Hétéro/homo ou comment les corps s'annulent

003.jpg

Les pédés se disent souvent de gauche de part la condition qui leur incombe lorsque les vents de la bienséance poussent leur droits comme les feuilles des arbres à l'arrière du corps social, mais à dire vrais, leur cul de gaucho s'avère davantage un cul de bourgeois révant d'aristocratie pour refaire à ceux qui restent derrière la même chose qu'on leur à fait subir pour mieux renvoyer la monnaie à ceux qui les ont soutenu dans leurs combats dont les conflits de barricade étaient depuis bien longtemps devenu des joutes de salon.
Leur sexualité les prédisposent à une sympathie suspecte avec cette gauche ronde mais est-ce pour autant que la place qu'ils occupent est celle d'une posture pensée, convaincu ou seulement l'emplacement où la droite les a ammené à prendre à défaut de dominer davantage ? Ce que je veux dire, c'est que les homos ne sont pas plus révolutionnaire que cet anus qu'ils brandissent comme la garanti de leurs combats passés mais plus une sorte de forme évoluéé et dégénéréé des aspirations profondes de leur corps. La démocratie devenue une salle de garde des symboles, le sexe pour la droite, les femmes pour la gauche, le pénis pour les hétéro, l'anus pour les homosexuels et nous n'avons pas plus réglé de problèmes en campant sur nos clivages si c'est pour renvoyer à la périférie les traînnent-savates des organes que l'on méprisent.

Penchez-vous sur le grain d'un genoux, observez l'ombre que les doigts d'une main forment sur la paume qui vient de fleurir lorsqu'elle s'est ouverte et voyez tout ce que vous omettez de vous-même et le crime que vous perpétrez à laissant s'éteindre celles de ceux que vous aimez.

Ce serait intéressant de savoir quel rapport les mecs entretiennent avec leur pénis tant qu'au fil de ma réflextion, le mien devient conflictuel à cause de l'image qu'il me renvoie de ce que je veux être. Ce n'est pas une bêtise, c'est un crime, combien d'ombres sont ainsi mortes dans l'indifférence de ceux sur la peau desquels elles se levaient comme un soleil en négatif et dont chaque projection étaient un pays ? Que veux-je dire par là, c'est qu'à trop se focaliser sur le sexe, le sexe et encore le sexe, on s'enferme dans une hétérosexualité dégénérée qui n'a de frère immonde que son pendant homosexuel brandissant à qui mieux mieux sa folie pour l'anus, passif sur commande, mais tous les deux orphelins de l'ensemble d'une famille commune dessimée par leur compulsivité à la domination. Un monde corporel rayé de la carte des sens pour n'avoir connu de ceux-ci que les plus élémantaires, comme si pour être soi, il suffisait d'être juste un peu soi. Le sexe et l'anus, comme deux soleils se suffisant à eux-mêmes, vieux et dégénérés de tout les autres occis par la seul force de leur propre gravité et le monde est devenu gris.

Corps hybride
10.jpg

Apprenez cela à vos enfants, ne leur dite pas que vous attendez d'être fière d'eux, qu'ils réussisent dans la vie mais seulement combien vous avez aimé le rose de leurs orteils lorsque vous les langiez, combien votre femme était belle alors qu'elle se disait informe pour mieux enttendre le rire complice de leur partenaire raisonner un déni de ces mots creux et quand l'homosexualité se lève en vous comme un homme en guenille, ne le frappez pas car s'est vous que vous atteindriez.

Une femme qui en embrasse une autre est une l'aube de petit matin dont on ne peut d'exempter de regarder avec quelle diversité la nature est devenue belle. Fleurie puis entrer dans la mort sans comprendre, c'est le lot des fleurs mais l'incroyable méprise des hommes.

Mardi 8 décembre 2009
Alain Cabello

quelle repressentation sociale du corps.

19:37 Écrit par le_pd_politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 01 décembre 2009

scandale : Lutter contre le VIH par la circoncision

Petite réaction épidermique à l'info de France 2 ce mardi 1 décembre 2009 "il suffit de se faire circoncire pour faire baisser le risque de contamination VIH par une femme en Afrique de 60%".
C'est en fait une info qu'a lancé l'OMS il y a quelques années déjà.
Vaste connerie et scandale.
Primo ça semble vouloir faire croire aux africains que les femmes sont contaminantes par nature et secundo qu'il suffit de mutiler à présent les mecs pour tout régler.
Que n'aurions-nous pas entendu si l'OMS en avait conclus que l'excision était protectrice pour les femmes et qu'il suffisait de les couper pour régler 60% des risques de contamination ? Alors d'aucun vous diront que la circoncision n'est pas une mutilation parce qu'elle est davantage dans notre culture mais c'est la même chose, même si ça heurte notre susceptibilité de garçons. C'est une mutilation sexuelle et on ne peut pas se réduir à dire aux hommes de la pratiquer sans être sexiste. Ça me fait bondir en tant que masculiniste d'entendre de telles choses sans que nous ayons, comme les féministes, d'assos masculinistes pour dénoncer une pareille instrumentalisation du corps masculin à des fins thérapeutique.
Après le bébé-médicaments voici le pénis anti-sida.
Ça m'énerve grave.

 

21:25 Écrit par le_pd_politique dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

mardi, 10 novembre 2009

Michael Jackson, rien qu'un pédé black qui chantait

Forme_hom.gif


Franchement c'est étonnant de voir la presse française lécher le cul d'un pédé black qui ne reste pour moi qu'un chanteur, soit-il le roi de la pop. En ferait-on autant pour un prix Nobel de physique ? Vous avez des puis de science et de culture qui meurent, des conflits partout dans le monde dont on ne nous parle que des plus médiatiques, par contre, la mort d'un chanteur à la face de flan oublié dans une yaourtière, là émotion garantie. C'est tragique. En plus, personne ne parle de son homosexualité, on rebondit davantage sur sa pédophilie dont il s'est sorti en faisant un gros chèque de quelque 20 millions de dollars je crois, ce qui est pas mal pour une main dans la culotte. En plus le petit mec été trop jeune pour penser garder son slip, il aurait pu le revendre au enchères.

La presse n'a vraiment aucun recule, c'est dommage. Michael Jackson est mort, et alors ? On s'en tape, je ne sais pas comment était le mental de ce garçon mais il me fait davantage pitié qu'envie. Ce mec été entouré de rapaces, de personnes obnubilées par son fric.

Alors, arrétez de nous gaver avec sa carcasse.

10:19 Écrit par le_pd_politique dans Harro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

samedi, 24 octobre 2009

L'amour complice

L'amour complice et ses rires infernaux...

17:51 Écrit par le_pd_politique dans Homosexualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Cycliste nu à Lausanne

Et dites-vous, surtout, qu'à la place de Lausanne, cet écolo mérite la palme du vivant. C'est tellement naturel. Dommage qu'on ne voit pas cela partout dans le monde.

Plusieurs villes du monde organisent régulièrement des manifestations tout à fait inhabituelles dans le but de mettre en évidence la fragilité des cyclistes dans le milieu urbain et de dénoncer le danger des transports motorisés, ainsi, des cyclistes ont défilé nu.

Manif_nu2007_Paris.gif

Pour la premier fois, Paris s’est joint à la manifestation malgré l’interdiction de la mairie, 400 personnes se sont rassemblés sur la Pelouse de Reuilly et finalement 5 d’entres eux ont été arrêtés pour exhibition sexuelle sur la voie publique. biensur, aucune arrestation n'à été signalée à Londres, Montréal et Madrid.

Manif_nu2009.gif
Quand je vous disais que la France était coincée du cul... Voyez ce lien... http://www.dailymotion.com/video/k7Eubupgg0mhFTfD5j
Nos bonnes vieilles démocraties ne le sont vraiment que pour ceux qui respectent l'ordre établit.

17:51 Écrit par le_pd_politique dans Société | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

lundi, 21 septembre 2009

Techno para-merde 2009

tbthumb02.jpg

Décidément Paris n'est vraiment pas une ville festive, des chars coincés du derch, des filins de sécurité autour des camions comme pour protéger des gamins de maternelle, pas tant de monde que ça, non vraiment, Paris devient nul. Ou est l'esprit de revendication, de droit à faire la fête, d'organiser des rêves-partie ? Clair, c'était hétéro-teinté, terne est tout de même moins amusant que la gay pride mais au moins, quelques chars ont bravé l'interdiction de rentrer place de la bastille en musique contrairement à la Gay pride qui c'est pliée comme une jeune salope aux ordres de la Préfecture comme on suce dans le Marais. Mais bon, pas de concert sur la Place, pas de petits groupes de musiciens tolérés. Par contre chose notable, les hétéros ont eu droit de passer par-dessus les grilles de la colonne de la Bastille. Bien oui parce que pour les pédés, il y avait une armada de flicaille autour de notre phallus national, "Par crainte des dégradations" nous a-t-on expliqué... Les autorités policières devraient savoir que les pédés ça pipe mais ça ne mort pas, regardez, même en face de cette mise à sac du pouvoir ils ne réagissent plus, rassurant non ?

trabajo595006211.jpg

09:00 Écrit par le_pd_politique dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 13 juillet 2009

La mairie de Cannes pose la question du pénis

Je poursuit ma réflexion au sujet du papier que j'ai écris tout-à-l'heure La très coincée Mairie Cannoise. En prenant cet arrêté municipal pour interdire le naturisme sur sa plage du Palm Beach en cette mi-juillet 2009, la Mairie de Cannes repose malgrè elle la question de la place du pénis dans notre société. Je dis malgrè elle car il est évident qu'en ayant même pas le recule nécessaire pour se demander si les quelques plaintes qu'elle doit reçevoir chaque année doivent décider d'une tradition et d'un droit plus ancien encore, il ne faut pas lui prêter l'ambition de se questionner sur la place du corps et de ce qu'implique vraiment le naturisme. Car enfin, au-delà du côté folklorique des "Camps de naturistes" et de l'organisation parfois très sectaire des associations qui les dirigent, se pose des questions de fond sur le devenir de notre nature et pour nous les hommes, de notre sexe. Je parle de pénis car c'est bien de lui qu'il s'agit, le mont de vénus féminin n'a pas la subversion d'un sexe masculin. Le sexe féminin est un sexe tut, un sexe virgule, un sexe de continuité corporel contrairement à leur poitrine qui est une rupture, une femme nue est par nature consensuelle alors que pour l'homme c'est l'inverse. Mais voyez, rien que la notion de "Camps" pour naturiste en dit long sur le regard que nous portons sur la nature et ce que nous en faisons. Mon sexe interné, entouré de clôture et de peines de prisons pour les contrevenants indique bien l'espace policier dans lequel nous entrons inexorablement. La simple vision de mon sexe viril de garçon devient une atteinte au bonnes moeurs.

Regard_bande.gifToucher un sexe en France est, à ma connaissance, interdit dans une enceinte professionnelle, c'est assimilé à de la prostitution et lorsque l'on voit que des Mairies en arrivent à interdire, au début des vacances, le naturisme, c'est-à-dire, moins l'exposition que la vue circonstancielle de la nudité de l'autre cela m'interroge.
Moi, en tant que masseur de massage français touchant au sexe, je vois des corps nus en permanence et conformément à ce massage, je n'oblige ou n'interdit aucune tenue, slip, serviette ou rien ne change pas grand chose au vu de l'importance pour le ou la massée d'être au plus proche de ce qui lui convient pour ce moment. Depuis 3 ans que j'exerce en institut, une seule femme a souhaité garder son string et peut-être 3 hommes. La nudité est parfaitement intégrée par la majorité des gens en massage, c'est un peu comme pour ceux qui aiment comme moi les hammams, alors que je ne pratique pas le naturisme au quotidien, il ne me viendrait pas à l'idée de garder ma serviette autour de la taille pour macérer dans ma sueur alors qu'il y a dans cette démarche une part d'hygiène et de plaisir.
C'est extrèmement préocupant de voir que l'Etat n'est toujours pas fichu de statuer une bonne fois pour toute sur ce droit fondamental à la nudité. Le pénis doit être regardé en face, qu'il soit celui d'un homme ou d'une femme, ce sexe généitaliser doit sortir de sa sphère sexuelle pour ré-intégrer aussi sa place d'organe passif et simple constituant de moi-même. Comme mes mains, mais pieds, il a un rôle social.
mobius.gifC'est un ruban de Möbius qu'il nous faut, nous les hommes, définitivement couper. Le sexe a son versant sexuel, ça on a cru le comprendre mais non de dieu il dispose aussi d'un autre versant qui lui n'est qu'une partie de moi et du corps social auquel je participe. Ce pan-là n'est que graphie, n'est qu'organe. Le parcourt d'un seul de ces versant doit cesser de rejoindre mécaniquement et infiniment  l'autre, ils sont liés mais pas relié. L'esprit humain peu sans problème envisager de le retourner pour une dissociation compréhensible de tous. Si je veux solliciter sa face sexuelle, ok, je sais comment ça marche mais force est de constater, qu'alors que je cherche sa face corporelle pour être "juste moi-même", l'espace d'un moment sans qu'on me poursuive avec mes capacités de garçon, cela devient compliqué et ça ne devrait pas.
coiffure_du_sex.gif
Lorsque je me fais masser le sexe ou l'anus dans le cadre d'un massage français je sais qu'il n'y aura pas de finalité si mon masseur est professionnel et je ne vais pas attendre ce moment où ma verge sera manipuler pour espérer une quelconque délivrance. On me dit que le sexe est intime mais en massage français ont répond que c'est donner bien peu de place à l'intime que de vouloir le réduir tout entier à une surface corporelle. "C'est quand même une zone sexuelle", et alors ? Mon sexe est aussi un appareil urinaire et ce n'est pas pour cela que j'ai déjà pisser dans la main du docteur lorsqu'il me palpait les boules. En tant qu'homme, il me semble pouvoir quand même espérer davantage de considération que cela et entendre partout qu'il me faut cacher mon sexe parce qu'il serait par nature tendancieux est une discrimination anti-masculine qui devient intolérable.
Bite_dreads.gif
Un homme nu sur une plage n'est pas un sauvage surgissant des forets du Vanuatu.
Il y a une autre stupidité à laquelle je voudrais tordre le cou, le sexe-sorcière faisant peur aux enfants. Ce qui effraye un enfant c'est ce qu'il ne connaît pas, regardez comment ils réagissent devant un étranger ? Présentez-lui pour la première fois de sa vie un homme noir et vous verrez qu'il ne sera pas avec lui particulièrement joueur au début à moins qu'il ne soit très sociable. C'est la découverte de l'inconnu qui surprend plus qu'elle n'effraye et un homme nu sur une plage n'est pas un sauvage surgissant des forets du Vanuatu. Faites mettre à cet enfant un nez-rouge, cela ne le gênera pas pour descendre dans la rue alors ce n'est pas la présence de naturistes qui va le déranger. Par contre c'est l'évènement que cela suscite chez les parents qui va l'interpeller et l'amener à s'associer à leur inquiétude. Si il se rend compte qu'il a vu quelque chose qu'il ne devait visiblement pas voir et que cela crée une émotion dans son entourage, alors il se sentira vecteur de ce malaise et c'est cela qui le mettra en port-à-faux. Mon sexe, le sexe en général n'est pas mal-sain, c'est juste un sexe attaché à tout un ensemble. Les enfants le comprennent parfaitement d'autant plus que nous oublions qu'ils en ont aussi un et comme pour le reste du corps ils ont tout-à-fait assimilé que les adultes étaient porteur de différences morphologiques avec des marqueurs esthétiques spécifiques. Son sexe ne peut être le même que celui de son père.
Être nu n'est pas se montrer nu et interdire le naturisme c'est me réduire à quelque chose que je voudrais montrer alors que ma nature ne se contente de n'être qu'elle-même, indépendemment de moi, de ce que je pense. Le maillot de bain ou le pantalon ne change rien.
La bite semble le dernier des boucs émissaires lancée dans le désert du corps. Elle fascine autant qu'elle épouvante, c'est un peu comme les bourreaux lorsque l'on faisait encore appel à leurs sombres offices, ils étaient entouraient d'une crainte mélée de respect et d'horreur. Il reste autour du sexe des "habillés par principe" le souvenir de la terreur alors que, lorsque que l'on regarde les sexes rasés d'aujourd'hui, il me semblent qu'ils ont pas mal perdu de leur superbe et ressemblent davantage à de petits lapereaux blottis dans leur bocage qu'à des exsécuteurs du Roi. D'ailleurs, je me demande si dans cette mode du tout rasage il n'y a pas inconsciemment chez les hommes la volonté de faire rentrer leur sexe dans le rang comme quand on rasait la tête des enfant dans les pensionnats pour lutter contre les poux.

Ce qui est intéressant c'est que ce sont les hommes qui ce livrent à cette anti-masculinité par souci d'hétérosexualité convenable que la défense du naturisme masculin ferait passer pour une faiblesse homosexuelle. Après tout la nudité des femmes fut suffisamment exploité mais c'est justement le contraire du naturisme dont je ne me fais pas le défenseur pratiquant hormis en massage, sauna et sous ma douche.
Le naturisme n'est pas une pratique, c'est un état naturel à la corporalité et l'on ne peu être choqué par l'expression passive de sa nature.
homme_dors.gif
Quand est-ce que le sexe sera enfin libre ?
Mais, quand les hommes auront décidés qu'il le soit et pour cela ça demande non seulement d'avoir des couilles mais aussi de les montrer et ça, ben c'est pour l'instant interdit...

17:48 Écrit par le_pd_politique dans Société | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : naturisme |  Facebook

La très coincée Mairie Cannoise, juillet 2009

sun_store.gif

Je viens d'apprendre sur France Info ce matin, à 6h, ce lundi 13 juillet 2009 que la Mairie de Cannes avait pris un arrêté municipal pour interdire le naturisme sur sa plage du Palm Beach. C’est une zone tolérée depuis des années, il faut savoir que le naturisme est un mouvement très très ancien qui revendique la simple liberté d'être nu, vous imaginez la subversion que cela représente...  Sur cette plage, de nombreux habitués venaient se retrouver pour bavarder, testicules à l'air, prendre un bain de soleil ou même, je ne sais pas si je peux dire ça ici, comme ça, mais certains allez même jusqu'à se baigner tout nus... Enfin, pas tous le temps quand même parce qu'il faut savoir que la très coincée mairie de Cannes avait déjà interdit de se baigner nus ! C'est incroyable mais véridique… Les poissons peuvent rester nus mais les homos sapiens sapiens sont priés de se rhabiller pour dissimuler dans la mer ce qu'ils ont montrer sur les plages. Une génitalité cachée par les flots devenait peut-être trop toride... Comprenne qui pourra. Pour faire respecter l'ordre et rester ridicule jusqu'au bout, un écriteau l’indique explicitement et un vigile est même payer pour surveiller que personne ne ressorte de l'eau sans maillots de bains. En quelque sort, Cannes a inventé l'interdiction du naturisme-sous-marin.
Ce sont les hôtels de luxe qui ont protesté auprès de la mairie arguant que les tables de leur terrasse qui donnaient sur cette plage étaient délaissées par les touristes incommoder. C'est vrai que voir des chipolatas corporels griller au soleil alors qu'on à opter pour du homard, ça a de quoi indisposé à ceci prêt c'est que s'il y a bien des lieux où tout est permis quand on a du fric c'est bien les hôtels de luxe. Autre raison invoquer, les sempiternels enfants pris en otage, choqués, remués, dévastés, contrariés de voir, c'est certain, paroles de parents, des femmes et des hommes si inconvenablement vétus.
Le plus triste dans cela c'est que la Mairie cède aux forces de l'argent et que nos politiques, encore une fois, nous montrent la consanguinité qu'ils entretiennent avec la girouette. Et puis, c'est comme pour les ayatollahs, imposer aux autres la morale que veut dieu comme celle que souhaiterait la Répuplique permet à la fois de laisser préjuger de ses bonnes moeurses tout en ayant pas à les appliquer soit-même.

trois_man.jpg

Une autre mairie avait pris, il y a quelques années, un arrêté interdisant d'être, attention, attention médames et messieurs, accrochez-vous bien, d'être "TORSE NU" dans les rues immédiates du bord de mer sur plainte de commerçants, là aussi. Ils jugeaient en effet choquant de voir des gens oser rentrer dans leur magasin, dépenser leur tune torse nu... Le plus époustouflant c'est que le crétin qui leur servait de maire à l'époque c'était répendu sur les chaînes de TV pour dire que lorsqu'on été jeune et frais cela passait, mais quand on est obèse et que ça dépasse de partout, ce n'est pas très agréable pour la vue. J'en été resté scotché avec une tétanie de la mâchoire. Comment un maire peu sortir de pareilles conneries ? C'est un terrorisme corporel affolant discriminant tous ceux qui n'ont pas un corps hollywoodien à mettre sous l'oeil de celui qui regarde à ceci prêt que le naturisme c'est l'inverse de ces considérations, on se fou des esthétiques, on respire.

Alors il y aurait une question à se poser à l'heure où les cas de voiles ou de burqa se posent, si il est opportun d'imposer le voile de la quequette sur nos plages ? J'en reviens à mon papier Naturistes naturels où je disait qu'il devrait y avoir des gens pour renoncer aux vètements en France et de voir jusqu'où irait les autorités... Dans le cas de Cannes c'est 11€ pour les contrevenants et 1 ans de prison en cas de récidives. Ce serait intéressant de récidiver et de mettre nos politiques face à leurs responsabilités. M'incarcèrerait-t-on vraiment un an dans une prison française pour fait de naturisme ? J'avoue que je ne suis pas naturiste moi-même mais ça me plairait assez de tenter l'expérience. A moins que l'on exige plus de pudeur encore... A quand l'interdiction du topless sur les plages ? En tant que pédé cela pourrait être de nature à me choquer... Plaisanterie ? Un député conservateur veux le faire interdire en Australie...  Allez voir ça. Je vous cite le début de ses propos "Une femme qui enlève le haut se dénigre elle-même, je crois qu'elle perd tout respect de soi soi-même, je dirais-même qu'un homme qui passe à ces côtés peut ne plus avoir de respect pour cette fille, il pourraît penser que c'est une fille façile et essayer même de la draguer"...

1, 2, 3, on à peur de montrer quoi ? Ce qu'on a montrer jusque dans les gares...

Vintage_avant1930.jpg

Alors je ne sais pas si le naturisme est un délis mais persister dans la connerie ça reste quand même une perversion. En un mot il faut ranger nos sexes pour ne pas déranger les riches qui disposent toujours de proriétés privées où ils peuvent s'adonner au naturisme à l'abit du regard des pauvres. Bien oui fait chier, un pauvre nu ça ne se reconnaît plus.

Ce qui est dommage c'est que cette tolérence avait finie par installer une acceptation dans l'opinion publique Cannoise. Dès lors qu'on ne souhaité pas se retrouver confronté à la nudité de quelqu'un, il suffisait de s'éloigner de l'espace qui s'était naturellement formé pour aller vers un autre qui nous convenait mieux. La c'est le politique qui provoque la fracture. Le naturisme n'est pas une originalité c'est un état naturel à toute espèce vivante et seul l'homme y a rémédié pour des raisons pratiques mais il ne faut pas qu'elle devienne un impératif dans les codes comportementaux et la nudité un déni de culture ou une atteinte à autrui.

07:16 Écrit par le_pd_politique dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : naturisme, loi |  Facebook

dimanche, 28 juin 2009

Fin de Gay Pride POURRIT

aime_les_tantes.gif

C'est vraiment la fin de Gay Pride la plus pourrit que j'ai jamais vu. Pas un seul char de ceux que j'ai suivit n'est entré place de la bastille. C'était cool, chaque année, de pouvoir arriver en dançant. Là, 10 mètre avant, extinction de la musique. Pourrit

Incident à cause des Panthères roses contre l'UMP
Le char de Gaylib, donc de l'UMP a été pris à parti par les militant des Panthères roses obligeant le véhicule rempli de pédés qui dançaient, de se mettre sur le côté pour laisser passer les autres. Ils ont du quitter le cortège par une rue adjacente. C'est vraiment cool de voir que certaines assos ont encore des couilles. Tous les partis étaient là, représentés en bon opportunistes qu'ils sont mais quand il s'agit de prendre le taureau par les cornes...
Un pédé de l'UMP qui ressemblait à un chien battu était tout dépité et a déversé sur moi son incompréhention toute triste.
Comme quoi, les caractères ne sont pas les même parce que moi, j'aurais hurlé à la révolution... arf. C'est peut-être mon côté Pitbull hyper remonté mais là, je dis bravo aux Panthères roses.

...et pas de concert FG à la fin
Ma déconvenue a été totale lorsque je me suis rendu compte qu'il y avait même pas de concert FG à la fin de la parade.
Francement, les organisateurs de la "Love Parade sont vraiment des fiotes incapables d'imposer l'identité festive de l'évènement.
A peine arrivé, les forces de l'Ordre, qui au demeurant avaient aussi leur char gay pour dire qu'il y a aussi plein d'enculer dans la Police, sont immédiatement intervenus pour rendre la place de la Bastille à la circulation.
Vite, vite, que tout rentre dans la normale.

Un appart au-dessus d'un café a même poussé ses sonos pour l'occase, on aurait dit une Gay Pride en Ukraine, c'était tragique.

En plus, c'est étonnant de voir combien les foules sont disolvables, alors qu'on aurait pu penser que la place serait pleine comme oeuf bourré de pédés suintants de sueur, torse nu et heureux de se retrouver pour voir l'arrivée des chars, et ben non. Comme les chars arrivaient dans un silence de mort, elle n'était pleine au 2/3. En plus, pas une seule assos n'a bravée l'interdiction, histoire de rentrer place de la Bastille en musique. Des pénalités ? Des mesures de rétorsions ? Qu'est-ce qu'on en a à foutre ? C'est le symbole qui compte.

NUL de chez NUL

image11.jpg
Quand est-ce que les pédés auront des couilles ? Si nous revendiquions comme nous baisons, ce serait les hétéros qui seraient obligés de faire une hétéro Pride.

09:09 Écrit par le_pd_politique dans Harro | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : love parade, gay pride 2009 |  Facebook

samedi, 27 juin 2009

Yoann Gourcuff tout nu

Yoann_Gourcuff.gif

Une petite capture d'écran télé en direct des vestiaires où le trop beau girondin Yoann Gourcuff nous laisse entrevoir encore un peu plus de lui ! La qualité de la photo n'est pas top top, mais on dirait bien un petit bout de zizi sexuel et que le beau Yoann n'est absolument pas poilu entre ses cuisses de footballeur. Encore une victime de la dictature de la tonte, sinon, bel instrument le garçon. L'histoire ne nous dit pas s'il est aussi rasé entre les fesses.

En plus, il a même posé dans Têtu, et petite aparté sur la couv, mattez-moi ces dessous-de-bras...

161381-la-couverture-de-tetu-dans-lequel-637x0-2.jpg

07:21 Écrit par le_pd_politique dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 22 juin 2009

Trop bien la fête de la musique

2948843688_4c8298d79b.jpg

Non c'est vrais, il faisait un temps sympa et franchement c'est pas toujours qu'ont peu danser dans Paris même si ça se finissait à 2h. Bien oui, il y a des gens qui dorment et ils dorment d'autant plus beaucoup qu'il habitent dans le marais où l'on a interdit aux bars les sonos extérières au motif d'apaiser le climat déjà tendu avec les riverains qui en n'ont par-dessus la tête des pédés. L'info est dans Tétû, alors je ne lis pas ce genre de revue mais en faisant des recherches sur le programme de la soirée je suis tombais dessus. La maire du 5eme, Mme Bertinotti a qualifié de provocation le fait de vouloir mettre de la zic dans ce quartier. Je suis allé traîner mais baskets à Abesse, c'était cool, le son était comme j'aime bien mais si j'aurais préféré des trucs plus hardcores. Les boules qui dançaient était vraiment pas mal du tout en moins colorés qu'à la Gaypride ce qui rend les rend encore plus sexy. Il y avait vraiment des corps magnifiques.
Prochain rendez-vous populaire, la fête des pédés et visiblement il y a encore un peut de taf pour qu'on ne parle plus de nos gueules. Mais au fait, est-ce que le but est de devenir transparent ?

C'est le 27 juin à Paris et le mot d'ordre c'est : 1969-2009 : Fières de nos luttes. A quand l’égalité réelle ? 14h de la place du 18 juin 1940 (Montparnasse)

Gay Pride, fière d'être puberts ?

10:21 Écrit par le_pd_politique dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

samedi, 20 juin 2009

Naturistes naturels

Rugbyman_nu_detail3.gif

Une réflexion me vient alors que je matte ces rugbyman nus, le prépuce long, le poil dru, Néo-Zélandais, ils jouent entre eux, dans le plus simple appareil. L'émotion passée devant une telle débauche de pines en liberté rentrant après tout naturellement en résonance avec ma sexualité, je me demande qu'elles sont les révélateurs de notre propre rapport au corps face à cette nudité fraîche et à la vue de celle des autres ?
Je rappelle que je suis masseur en massage français, je vois des hommes et des femmes nues toute la journée, je masse même l'ensemble du bassin et les demandes de finitions sont régulières au nom de ce que certains appellent le sexe en toute simplicité, et que je préfère quant à moi l'appeler prostitution. Ceci pour dire que malgrès l'homosexualité ultra-réaliste qui est la mienne, je suis on ne peut plus éloigné théories du sexe facile, d'autant plus que je bosse 7/7. Mais quand même, qu'est-ce qui fait que je réagisse à ce point devant cette horde d'hommes nus ? Certes, nous sommes au début de l'été, le soleil monte, les jours rallongent et ma physiologie de mec réagit d'autant plus rudement que je suis célibataire mais cela ne suffit pas à expliquer mon état. En fait, c'est le côté inhabituel qui me rend dingue, c'est de voir ainsi évoluer une meute d'homme qui symbolise l'archétype masculin. C'est à la fois un idéal et une idéologie, un peu comme il peut y avoir eu des amazones, il y a des communautés fermées dans lesquelles la sexualité et toute ses projections sont exacerbées par l'imagination et le fantasme de ceux qui n'en sont pas.

1_110.jpg

Mais au-delà de ça, il y a une question intéressante que j'aimerais me poser c'est, que ce passerait-il si je venais à refuser, à partir d'aujourd'hui, de porter le moindre vêtement que ce soit pour le restant de ma vie ? Si je décidais de devenir un naturiste naturel, si, sans aucune pervercité, je concidérais que mon état de nudité de naissance devait se poursuivre en nudité de vie, comment la société dont je suis un membre de plein droit, réagirait-elle pour m'en empêcher ? Par l'incarcération ? Par l'enfermement dans une cage pour m'isoler du regard des autres ? Et bien oui, c'est en effet ce qui arriverait.

Donc, être naturel ou souhaiter le redevenir, ce serait s'exposer à l'enfermement définitif. Seulement si je refuse tout autant de m'habiller que de me couvrir, comment pourrais-je parraître à mon procès ? N'y en aura-t-il pas, à moins que l'on ne me mennotte pour m'enfiler de force un pantalon ? Le vêtement peut alors être apparenté à une mesure de contention, à une camisole culturelle.
Quelle autre réponse pourraît avoir la société face à un homme ou une femme qui refuserait de remettre un vêtement ? Où pourrait-on l'envoyer vivre en France ? Ce ce serait la question originelle que devrait se poser toute société moderne pour évaluer son degré d'acceptation et au regard de l'évolution de ses moeurs, quel espace accorde-t-elle encore à la nature ? Quand je dit nature, je ne parle pas de la nature dans son ensemble mais de l'état naturel de l'homme autour duquel est sencée s'organiser la société. Ensuite seulement, ce serait intéressant de se repositionner en se demandant quel problème pourrait bien poser la nudité de l'espèce humaine dans l'ensemble du vivant ? Ainsi, nous en sommes venu à interdire la manifestation de la nature et à rendre obligatoire le voile de l'oeil. L'oeil ne serait plus autorisé à voir ce qui entre dans son champs visuel mais juste ce qu'il lui est autorisé à voir. Est-ce regarder qui est mal ou montrer ? Est-ce de l'exhibitionnisme ou du voyeurisme ? Et si l'on parlait tout naturellement de nature ? Lorsqu'une mouches se pose sur mon fromage elle est pieds-nu, et si je me baisse un peut, je vois ses fesses. Si la nudité est une provocation alors il serait intéressant de s'interroger sur le sens que nous donnons à l'autorité de ceux auxquels nous la déléguons.

Matrix-6.gif

En fait il faut contrarier le système pour l'obliger à se remettre en question et parfois lui permettre de se rendre compte du ridicule dans lequel il plonge ceux qu'il veut assugétir à son mode d'organisation. En plus, je ne suis pas naturiste du tout, je suis un petit gabarit, je me refroidi très vite, je souhaite garder la peau blanche et suis tout-à-faire convaincu de modernité. Le vêtement est pour moi une expression de l'élégance, de la sexualité, c'est une façon de se couvrir, de se protéger du froid, de la chaleur et surtout, c'est ne pas exposer à tout le monde ma nudité complête afin que l'accès à ce corps soit un corps reservé. J'aime l'érotisme, du déshabillage et du rhabillage, redécouvrir l'instant d'une indiscrétion l'intime enfermé que la circonstance m'offre et non voir étallé sous mes yeux la permanence de la nudité des autres. Le vêtement est une pudeur et la nudité sa vérité. Je suis irrémédiablement contaminé par le vêtement, il n'empêche que cela pose le problème de la nudité d'autrui mais si on le posait comme une simple préférance ? Je peux ne pas avoir envie de tomber sur un groupe de la Croix-Rouge faisant la quête, libre à moi de détourner le regard, de décliner leur demande de don ou changer de trottoir. Si le naturisme me déplait, les vêtements des autres peuvent aussi m'indisposer et c'est pour cela que l'on crée des "camps" de naturistes... Pourquoi n'y aurait-il pas des camps de textiles ? Après tout l'in-esthétime de certains corps que l'on pourrait m'opposer pour justifier ces interdictions n'a rien à envier à celui, sinon de certaines modes, en tout cas à celui parfois douteux que je croise dans la rue. Mais je persiste à me demander ce qui m'arriverait si je venais à déambuler dans Paris tout nu ? Est-ce qu'une démocratie pourrait trouver la légitimité suffisante en puisant dans le culturellement acquis et aller contre ses principes de liberté en m'incarcérant ? Si je persistais à rester nu, serai-je emprisonné à vie ? Qu'un jeune homme de 18 ans le fasse, ce pourrait-il qu'il soit enfermé pour le restant de ses jours ? Comment situer la liberté et faire qu'un état naturellement donné à sa naissance deviennt un délis ? Être n'est pas exhiber.

baisser_son_fut.gif

Je me suis posé cette question par exemple, y a t-il un endroit en France, ou même dans le monde, où je puisse vivre sans autorisation, construire une cabane de bois, ne rien posséder, me soustraire à l'impôt et à toute déclaration ou rédaction de formulaire que ce soit, pas de carte vital, pas de numéro de sécurité sociale etc ? Et bien non, et si de ce mode de vie naissait une communauté et que celle-ci se reproduise et bien les bébés leur seraient enlevés. En un mot, l'espace vital de l'homme comme animal se réduit de jour en jour auatnt que nous réduisons l'espaces des autres espèces.
Bien sûr on me dit qu'il y a un contrat tacite avec l'Etat et que je dois m'y conformer, seulement là où la naissance m'a placé, je ne suis pas obliger de souhaiter me conformer à l'ensemble des obligations de pure forme que l'on m'impose. Moi je n'ai rien signé, et si je ne suis pas d'accord, quelle alternative puis-je avoir ? A la contrainte du plus grand nombre m'est opposé la punition de mon Être mais pas de possibilité de me désinscrire du système. Refuser cette organisation humaine m'expose à être mangée par elle. C'est une sorte de cannibalisme social. La prison devient un estomac où s'entassent tous les associaux, tous les rejetés de ce gigantesque organisme vivant. Les prisons sont alors un ventre où croupi la révolte de ceux dont personne ne veut assumer la pertinance de la question. Lévis Strauss parlait du cannibalisme primitif qu'il opposait à l'homophagie, et bien ici nous avons une autre forme de cannibalisme politique. Le monde se rend compte qu'il n'a rien prévu pour les peuples naturels, pour les gens qui souhaitent vivre nus. On le voit partout où le sous-sol révèle quelque richesse que ce soit, dès lors qu'il représente un intérête économique pour les Etats qui se les sont arrogés, ils subordonnent dérechef toute antériorité ou valeurs religieuses, ancestrale pré-existante à leur domination.

Je croix qu'il faudrait des hommes et des femmes pour décider de marcher nu pour toujour afin de mettre l'Etat devant la réalité des corps qu'il gouverne. Comment repenser la nudité dans nos sociétés sans se retrouver dans des réserves pour originaux et verrouillées par des associations naturistes tout aussi arbitraires ?
Je pense que le Gandhi occidental du 21ème siècle sera un Gandhi nu et c'est cette nudité qui sera la remise en cause des droits premiers à l'existence.

Gandhi_nu.gif

15:39 Écrit par le_pd_politique dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : naturisme, nudité, homosexualité |  Facebook

Rugbyman à poil, à pile et à face

Samedi 13 juin se jouait un match de rugby entre la France et la Nouvelle-Zélande avec ses terribles All Blacks. Alors que Perpignan a remporté le Top 14, les Bleus avaient précisément rendez-vous en Nouvelle-Zélande pour affronter ces All Blacks. Seulement, quelque temps avant ce match, deux équipes d'étudiants de Dunedin située dans la province d'Otago en Nouvelle-Zélande se sont affrontées nus. Ce match est un rituel, qui a lieu avant chaque test-match que les All Blacks disputent dans cette ville.

Mattez-moi ces chattes Néo-Zélandaises et franchement, vous n'allez quand même pas croire qu'ils sont tous 100% hétéro ?... La seule chose qu'on regrette, c'est qu'ils n'y ait pas de photos de mélée... Vous remarquerez quand même la main de mec rouge qu'ils ont sur la fesse droite.

200906_rugby_nu_zelande_9.jpg
Aka, jambes équartées, avec poils sous les bras et partout ailleurs.
200906_rugby_nu_zelande_1.jpg
La question existentielle que je me pose, c'est, comment s'entrouvre la raie des fesses de ces joueurs lorsqu'ils font le Aka, symbole de la puissance virile et que laissent-elles deviner de leur intimité anale ?
200906_rugby_nu_zelande_2.jpg
200906_rugby_nu_zelande_3.jpg
200906_rugby_nu_zelande_4.jpg
200906_rugby_nu_zelande_6.jpg
200906_rugby_nu_zelande_7.jpg
200906_rugby_nu_zelande_8.jpg
200906_rugby_nu_zelande_10.jpg
200906_rugby_nu_zelande_11.jpg
200906_rugby_nu_zelande_12.jpg
Regardez un peut ce cul. Pas besoin de vous dire lequel, là je commence à comprendre ce que veut dire, cruxifiction. Messieux, vous avez devant les yeux des culs de Néo-Zélandais.
200906_rugby_nu_zelande_13.jpg
200906_rugby_nu_zelande_14.jpg
"Prenez et mangez-en tous, ceci est leur corps, livré pour tous."
200906_rugby_nu_zelande_15.jpg
200906_rugby_nu_zelande_16.jpg
200906_rugby_nu_zelande_17.jpg
200906_rugby_nu_zelande_18.jpg
Rugbyman_nu_detail2.gifJe ne résiste pas à vous faire cet arrêt sur image, comme on fait pour commenter les match et je vous rappelle qu'il s'agit de Néo-Zélandais nus jouant au rugby.
200906_rugby_nu_zelande_20.jpg
nude-rugby-game 5.jpg
200906_rugby_nu_zelande_15_fond_ecran.jpg
Je vous propose celle-ci en quasi fond-d'écran même si je n'affectionne guère les mecs rasés.
Ma définition du mec ? Masculin, pas circoncis, pas rasé, il pue, il transpire, il joue.
Bon, là j'y vais peut-être un peu fort.
200906_rugby_nu_zelande_21.jpg

11:52 Écrit par le_pd_politique dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Orelsan, sa meuf est une pute, et alors ?

orelsan.jpg

Orelsan , de son vrai nom, Aurélien Cotentin est le fils d'une institutrice et d'un directeur de collège, et qui, après avoir obtenu un bac scientifique se lance dans le rap. Sa chanson "Sale Pute" fait polémique et la secrétaire d'État à la solidarité Valérie Létard en demande l'interdiction à sa sortie.

Orelsan c'est le pitbull que tout pédé a envie d'avoir dans son lit et je suis sûr que si il se faisait limer plus souvent la cavité anale ça lui ferait du bien mais je crois que ce mec est un sacré artiste et que ses textes valent vraiment d'être écoutés.

Et bien oui il traite certaines filles de putes et n'épagne pas les pédé non plus, il ne pense qu'a se faire sucer la bite mais j'ai envie de dire, et alors ? L'art est par nature subversif et c'est bien comme ça. Tous les mecs ne pensent qu'à ça, quel que soit son niveau social, il y a le Vatican, Galilé et l'astronomie selon les mecs, pour le premier, le soleil tourne autour de la terre, pour le second c'est la terre qui tourne autour du soleil au grand préjudice de dieu et pour les mecs, le seul globe qui vaille, c'est leur putain de grosses couilles enchassées de leur zob dont les filles en serait la victime systématique. Ca c'est sexiste. C'est sexyste contre les mecs qui passent pour des cons et ça l'est aussi pour les nanas qui aiment aussi se faire sauter. Je parle des mecs en général en faisant l'impasse sur les hypocrites, les faux-cul et les couilles molles mais de façon générale c'est ça, et il n'est pas rare de touver des mecs qui kiffent de traiter leur femme ou le copin qu'ils liment de pute dans le feu de l'action.
Moi, si je devais me désolidariser de ce mec, ce serait plus parce que ses textes sont hétéro et qu'il ramènne trop les choses à sa queue alors qu'on aimerait que d'autre partie de son anatomie soient exposées dans ses chansons. Un mec peut aussi se faire lécher partout, le dire, l'écrire et le chanter mais en appeler au boycotte parce qu'un bout de texte est extirpé d'une chanson pour être immédiatement étaller sur la place publique relève plus d'un exhibitionnisme puritain que du désir de préserver leur morale de détenteur de la vérité ultime. Je pense que ces senseurs sont tellement perclus dans leur rigidité qu'ils n'attendent plus qu'après un Orelsan pour pouvoir enfin dire "Suces-moi la bite à la saint-Valentin". Ses chansons sont circonscrites dans le milieu de la musique alors que les condamnations de ces hommes et femmes politiques sont elles sur la place publique et qu'on ne s'exprime pas de la même façon dans ces espaces. Demander à ce que son dernier album, "Perdu d'avance" soit retiré des bibliothèques de Paris révèle plus des obligations du politiquement correcte auxquelles sont contraints nos politiques électoralement favorables au féminisme comme si dans ces mouvements-là il n'y avait pas de courants, plutôt que mu par une réelle émotion.

Regard_bande.gif

Entre la place qu'occupe l'art sur la place publique dévolu à la chanson et celui de nos élus dévolu à la prise de parole tout aussi continuelle, les responsabilités ne sont pas les mêmes. Orelsan a des choses à dire, c'est par la chanson qu'il le fait, il faut savoir dépasser ses petites suceptibilités nombrilistes et je le dis en tant que pédé. Que ce terme reste une insulte dans ses textes me semble plus une posture de mâle dominant, une sorte de réflex spontané qu'une homophobie convaincu. Dès lors que l'insulte s'installe dans nos lits de baiseur je ne vois pas pourquoi je serais choqué qu'elle sorte dans la rue si elle ne s'exprime qu'à travers les mots. La violence verbale ou la violence d'état, le sexe brutal ou les tôles insalubres nous avons là des réponses disproportionnées mais le déséquilibre n'est pas en faveur de ceux que l'on croit.

Vous ne pouvez pas regarder un film sur nos chaînes nationales sans qu'il y ait un meurtre, des fusillades, des constitutions de héros qui se forgent sur des zigouillades au kilomètre, pas un roman policier qui ne soit construit sur l'assassina de quelqu'un, pas un jeux vidéo d'action où l'on ne soit pas dans le lancé de pingouin, l'élimination des méchants ou des combats pendant lesquels tout est permis. Nos politiques non plus ne se gênent pas pour mépriser ces jeunes de banlieues, sur-enchérir à leur violence par la répression mais aucune réponse sur le long terme pour, non pas apaiser la situation mais la résoudre. Ajourd'hui, samedi 20 juin, des détenus ont refusé de rejoindre leur cellule parce qu'ils ne disposent même pas de frigo dans leur cage mais les y faire re-rentrer par la force ne règlera rien, on ne traite pas des hommes comme ça. Au lieu de s'offusquer de ce genre de textes, on ferait bien de s'occuper de l'origine de ces propos.
Quand j'écoutes Orelsan, je ne vois qu'un beau mec hormoné qui veut du sexe, qui le parle sur un mode qu'on appelle le rap. Ca rampe, ça suint avec un pieds dans la rue, un autre dans le coeur des jeunes qui ne font qu'y trouver une caisse de raisonnance à leur besoins de garçons en chaleur, du travail, du fric, des meufs et pour un certains nombre d'entres-eux, de l'homophobie, à défaux de vivre correctement leur homo ou bi-sexualité.
Dans Changement  de Orelsan, il dit ceci "Les mecs fashions sont plus pédés que les phoques" et les mecs derrière lance "Pédé". Bon, et alors, dès lors que j'ai moi la liberté de dire qu'à cet Orelsan, je lui limerais bien la lune, je ne vois pas pourquoi il ne pourraît utiliser le terme de pédé que j'emploie moi-même pour me qualifier. Franchement, il est mignon et a des choses sencées à dire et quand tu écoutes , c'est cool.

Ecoute ça :

En fait c'est plein d'esprit, il dénonce le rythme trépidant de la société, de la peur de ne pas pouvoir suivre et quand tu écoutes Perdu d'avance  c'est un môme qui se cherche et je le trouve magnifique. Comme au début sa chanson Changement  où tu le voit se relever alors qu'il s'est fait piqué sa voiture par le lapin blanc du conte Alice au pays des merveilles "Putain, plus j'avance, plus j'grandi, plus j'comprends rien". Alors avant de clouer les gens au pilori peut-être faudrat-il prendre le temps de les écouter.

Faut-il considérer que celui qui prend la parole a une responsabilité ? Merde, il ne dis que ce qu'il ressent, rien de plus sans sans vouloir penser pour les autres donc arrêtez de vous penser pour lui. C'est comme nos blog, ce sont des espaces privés ayant une entrée publique.

Bel_enfant.gif
Ne dites à personne que je pense que vous êtes spéciaux.

09:20 Écrit par le_pd_politique dans Société | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook